Un skipper amateur suédois remporte la Transat virtuelle

Après 21 jours, 10 heures, 34 minutes et 39 secondes de course virtuelle, le Suédois Toppen, marin non-professionnel, franchit la ligne d’arrivée de la Transat AG2R La Mondiale, dimanche en fin d’après-midi.

Cette année, faute de n’avoir pu prendre le départ le 19 avril de Concarneau, les marins professionnels comme les amateurs ont affronté les vagues numériques des 3.800 milles en direction de Saint-Barthélemy.


Sur l’Atlantique, ils ont pu croiser le sillage de certaines personnalités amoureuses de la mer comme Jane Birkin (en duo avec Jacques Caraës sur Sill Plein Fruit – 12e), le chanteur Miossec (en duo avec Gildas Morvan sur Les Rescapés – 14e) ou encore Francis Le Goff, directeur de course de la Transat AG2R La Mondiale. Ce dernier a également sauté le pas en devenant pour la première fois coureur au large. « Je trouve ça sympa que tout le monde joue le jeu même si pour moi, faire du bateau c’est uniquement sur l’eau. C’est totalement inédit, je vais tout découvrir. Je ne connais rien aux courses virtuelles. Mais je vais peut-être devenir un aficionado complet. Habituellement quand je suis dans mon rôle de directeur de course sur la Transat AG2R, je suis un peu le rythme des marins, je ne dors pas beaucoup la nuit. » Pour son baptême, il s’est allié à Yann Château de la ligue de Voile de Normandie. « C’est un dingue du jeu ! Ça devrait faire un bon équilibre. »

Le Sud gagnant
Après 21 jours 10 heures 34 minutes et 39 secondes de course, le choix du Sud aura porté ses fruits pour le Suédois Erik, sur Toppen. Il devance le Français Frankiegoes Timovan de 5 petites minutes. « Je me rends compte qu'aller vers le Sud était une décision audacieuse. Je pensais que c'était limpide quand j'ai pris la décision », se souvient Erik. « On ne peut pas gagner une course transatlantique sans avoir beaucoup de chance, et cette fois, j'ai eu la chance. »

Les arrivées se succèdent à Gustavia depuis dimanche en fin d’après-midi, et se termineront vendredi 15 mai minuit, avec la fermeture la ligne d’arrivée.

Le premier Figaro de Saint-Barth, Flanker2Frouss skippé par Bruno Bœuf, franchit la ligne dimanche soir à la 82e position, à un peu plus de deux heures d’écart du premier. Suivi de TomTom-SBH de Thomas Peter (106e), GeoSBH de Georges Pilon, Esteban sur SBH Horizon. Le sixième local, Saint-Barth Flèche Bleue de Patrick Bernier, passe la ligne à 5h35, «sous une belle Lune... » et se classe à la 1194e générale, sur plus de 77.000 bateaux. «Superbe régate .... Mais le Figaro 3 se traîne tout de même », taquine Patrick sur le groupe Facebook qui a suivi chaque étape de la régate, “Talm-Les bateaux de St Barth”.

Du côté des marins professionnels, Alberto Bonna, sur Kiniska Sebago, entre à Gustavia après plus de 21 jours de course, un peu moins de deux heures après l’amateur Toppen. L’Italien avait choisi de courir cette saison 2020 pour engranger un maximum d’expérience aux côtés des meilleurs coureurs au large. Privé de circuit en raison de la crise sanitaire, le skipper a saisi l’opportunité de s’entraîner de manière virtuelle. « Étant donné la situation, je me suis vraiment pris au jeu et j’ai appris très vite » explique le Bonna. « J’ai gagné les deux seules courses virtuelles auxquelles j’ai participé ! C’est un exercice qui sera très utile pour les futures courses. Ça m’a fait travailler le programme de routage, étudier la météo et la géométrie de base. Comme un retour à l’école !»

L’Egoïste d'Eric Peron / Miguel Danet  termine lundi matin sa course virtuelle et finit 1.396e au classement général. On ignore son classement parmi les professionnels puisque le nombre de pros participants n’a pas été communiqué ; seuls les quinze premiers sont connus. Sur la page Facebook “Talm-Les bateaux de St Barth”, Miguel Danet félicite les équipages locaux, participants en nombre, ainsi que les fondateurs de la page pour leur investissement sur cette Transat virtuelle.

Quid du Vendée Globe ?
A nos confrères Voiles et voiliers, le créateur du jeu, Philippe Guigné se réjouissait la semaine dernière de l’énorme succès rencontré par cette course virtuelle, portée par le confinement. Un succès « dont il se serait bien passé » puisqu’il a imaginé ces courses « surtout pour venir en aide à la communauté de la course qui traverse une période dramatique ». Son cauchemar en ce moment ? Devoir imaginer un Vendée Globe uniquement virtuel en novembre 2020…

> Suivez les arrivées et les aventures des bateaux de Saint-Barth sur la page Facebook “Talm - les bateaux de Saint-Barth”.

______________________________________________________________________________

 Une vraie Transat l’année prochaine ?

C’est ce vers quoi se dirigent les organisateurs de la Transat AG2R La Mondiale. L’édition 2020 ayant été annulée, en plein confinement, ils avaient un temps imaginé un report à l’automne. Mais en novembre, le Vendée Globe, course au large la plus prestigieuse, compte bien prendre le départ comme prévu ; la Transat serait alors complètement reléguée au second plan si elle partait en même temps. C’est donc une édition en 2021, durant les mois d’avril-mai, qui se profile, trois ans après la dernière Transat AG2R. Tout cela restant bien sûr suspendu à l’évolution de la crise sanitaire, à ses conséquences économiques et sociales… Croisons les doigts !