Maëlia sur le podium de la Heineken Regatta

Après quatre jours de courses, de fête et de divertissement, la 40e édition de la St. Maarten Heineken Regatta s'est conclue dimanche, avec sur la troisième marche du podium de sa catégorie Maëlia Cepac Antilles, voilier de Raphaël Magras.

 

Répartis en dix-sept catégories, les 138 voiliers participants à la 40e édition de la Heineken Regatta se sont affrontés pendant quatre jours. Trois navires battant pavillon Saint-Barth se confrontaient dans la même catégorie, CSA4. Speedy Nemo de Raymond Magras, skippé par Patrick Bernier, Maëlia Cepac Antilles de Raphaël Magras, skippé par ses fils Tony et Rudy, et Bonheur, skippé par le local Bertrand Charneau.

Les épreuves ont commencé jeudi sous un soleil éclatant et des alizés d'Est de 14 à 20 nœuds. Une journée parfaite pour Patrick Bernier sur Speedy Nemo, qui termine premier des CSA4. Le Dufour 34 basé à Saint-Barthélemy est connu sur les régates dans les Caraïbes. Raymond Magras, son propriétaire, avait d’ailleurs participé à la toute première Heineken Regatta il y a 40 ans. L'équipe Speedy Nemo se distingue également par sa manière de transmettre aux jeunes la passion de la voile. Ainsi depuis plus d’un an, l’équipage accueille des enfants marins à bord pendant leurs courses. Ce week-end, Eliott, un jeune de l’école de voile de Saint-Martin, est monté à bord les deux premiers jours puis ce fut le tour de Léana licenciée au Saint-Barth Yacht Club, qui a prêté main forte à son père Ludovic Gréaux. « Nous essayons toujours de trouver de jeunes équipiers des endroits où nous naviguons », explique Patrick. Tony et Rudy Magras sur Maëlia terminent la journée deuxièmes à égalité de points avec Speedy Nemo. « Ce n’est jamais facile de rentrer dans une course », admet le premier. « Cela permet d’évaluer nos concurrents. »La course la plus longue de l’évènement, le tour de l’île de Saint-Martin, s’est déroulée le lendemain sous un vent faible. Après 5 heures de régate, grâce à « un équipage motivé et concentré », Maëlia termine deuxième, derrière Solstice de l’Américain Jordan Mindich qui a montré un excellent rythme dès le départ. « On voyait sur la fin Solstice devant nous, sur certains bords. Ils ont été plus rapides. »

Les six voiliers naviguant dans la catégorie CSA4 ne sont pas identiques. Des différences de longueurs, de poids mais aussi des spinnakers de formes différentes : symétrique pour les voiliers de Saint-Barth, mais asymétrique pour Solstice. Vendredi, l’asymétrie du spi des Américains leur a donné l’avantage. « Ça lui a permis de remonter plus facilement au vent », explique Tony.

Pénalisé par la baisse du vent, Speedy Nemo termine quatrième. « Le bateau est lourd et les conditions météo ne nous ont pas avantagé », détaille Patrick. « On a eu du mal à rester dans la performance du premier jour. »

 

Deux manches identiques entre Simpson Bay et la Pointe Blanche se jouaient samedi. A peine deux points séparaient les trois premiers concurrents de la CSA 4 au début de la journée : Maëlia, Solstice et Speedy Nemo.

En terminant deuxième des deux courses de la journée, Maëlia se déplace juste derrière Solstice, en position de commandement. « La victoire est encore possible. Nous n’avons qu’un point d’écart.» De son côté avec une quatrième et une troisième place, Speedy Nemo se glisse en quatrième position.

Dimanche, Maëlia avait encore une possibilité de monter sur la première marche du podium avec les deux parcours techniques dit “banane” du programme. «Ce sont des parcours que l’on apprécie. Normalement on est assez forts. » Pour cette dernière journée de régate, le jeune marin de 9 ans du SBYC, Thomas Magras, a rejoint son père et son oncle aux manœuvres. Malheureusement pour Maëlia dimanche le vent était absent « Cela nous a pénalisés. Solstice et Sang Neuf sont beaucoup plus légers que nous. » En terminant premier des deux courses, Sang Neuf, du Français Tristan Marmusez rafle à Maëlia sa deuxième place au classement général avec un petit point d’écart.

Au final : troisième place pour Maëlia pour sa dixième participation. Speedy Nemo finit quatrième et Bonheur, sixième.

 

JSB 1366


Journal de Saint-Barth N°1366 du 12/03/2020

Bilan de mi-mandat
Covid-19, la précaution demeure
Dominique Rousserie au musée