Avec 126 coureurs en individuel et 41 relais, la 3e édition du Semi-marathon de Saint-Barth a battu son record de participation dimanche 21 février.

Course à pied : « Qui n’accepterait pas de faire un semi-marathon au paradis »

Organisé par Saint-Barth Triathlon, la troisième édition du Semi-Marathon de Saint-Barth est exceptionnelle. Tant du côté de la participation que des résultats.

Avec un record de participants, 128 coureurs engagés en individuel et quarante-et-une équipes en relais « la course était phénoménale. 30 athlètes du club Saint-Barth Triathlon, 46 coureurs de Saint-Martin et Sint-Marteen dont 18 du club Intergénération, et tous les coureurs de Saint-Barthélemy. Les inscriptions ont explosé quatre jours avant la course », détaille Jean-Marc Outil de Saint-Barth Triathlon.

Le soleil n’a pas encore pointé son nez ce dimanche 21 février que la cinquantaine de bénévoles termine les derniers préparatifs pendant que les 247 athlètes s’échauffent autour du stade. A deux minutes du départ, les 165 coureurs regroupés sur la ligne de départ se délestent de leur masque auprès des organisateurs. « Nous ne pouvions pas les laisser jeter leur masque sur la route » explique Jean-Marc Outil. « Prenez soin de vous. Prenez du plaisir. Soyez attentifs. Attention, ne partez pas trop vite il y a 21,1 kilomètres ! » Après ces conseils, Jean-Marc Outil fait le compte à rebours et sonne le départ de cette 3e édition. Les coureurs sont partis du stade de Saint-Jean pour une boucle de 21,1 km en passant par les différentes difficultés du relief de Lorient, Saline, La Tourmente, Gustavia pour revenir à Saint-Jean et finir par une boucle au stade.

Record battu


Côté résultats les chronos ont explosé. Cécilia Mobuchon rentre la première sur la piste du stade pour les derniers 400 mètres et après seulement 1 heure 18 minutes et 57 secondes, franchit la ligne d’arrivée. Elle bat ainsi les records établis l’an dernier par Fabien Husson d’1h 19’10” et de Aude Vermillard 1h 41’53.

Un semi au paradis
La doctorante Cécilia Mobuchon est une sportive aguerrie de 34 ans. Sacrée championne de France en septembre 2019 elle est actuellement installé à Saint-Martin, où elle termine sa thèse en médecine. Même si c’est sa première participation au Semi-Marathon de Saint-Barth elle connait déjà certaines difficultés du parcours puisqu’elle a remporté par deux fois les 10 kilomètres de la Gustavialoppet (2019 et 2016). En parlant du parcours Cécilia le décrit « casse-pattes. On ne fait que monter des montagnes. Ce n’est pas facile. Les côtes sont plus intenses que celles de la Gustavialoppet. Dans toute la première partie jusqu’au 12e kilomètre on monte beaucoup. En fait, ce qui est difficile c’est qu’on ne peut pas vraiment avoir de tempo. Parce que l’on monte, on descend, on remonte, on redescend… Mais qui n’accepterait pas de faire un semi dans le paradis ? Le paysage est tellement beau. En plus, le lever de soleil c’est magnifique. » Cécilia Mobuchon, qui se remet d’une fracture de fatigue au pied a doublé deux triathlètes de Saint-Barth, Stéphane Lenoir sur le plat à Saline au 7e kilomètre et Fabien Husson dans la montée à la sortie de Gustavia. Son prochain objectif sportif : « j’aimerai bien faire un semi au mois de mars aux États-Unis. Si je trouve. Mais avec le Covid-19 il y a beaucoup de course qui n’ont pas lieu. » Pour l’heure « je ne suis pas encore en phase de gros entraînement. Je n’ai pas un gros kilométrage par semaine. J’ai un coach qui privilégie la qualité pas la quantité. »
Le podium féminin est complété par Clémence Briche d’Endurance971 (1h40’17”) et de Céline Verdonck de SXtrèm Runner (1h41’29”).

Du côté des hommes, Fabien Husson du Saint Barth Triathlon franchit la ligne après 1h20’08” soit 1 minute et 13 secondes derrière Cécilia Mobuchon et devant Jeannot Gouin d’Intergénération de Saint-Martin. Premier au classement masculin, deuxième au générale Fabien Husson relativise : « C’est vraiment une championne. C’est toujours très intéressant de courir face à des athlètes comme cela. Même si on fait des courses à l’international en triathlon cela nous fait progresser de courir contre des vrais athlètes de fond. Je suis content de la course. J’avais un peu moins d’entraînement que l’année dernière, moins de course. Donc je ne savais pas trop où j’en été. » Son objectif : le prochain Ironman Full de Tulsa aux États Unis le 23 mai prochain.
Stéphane Lenoir de Saint Barth Triathlon complète le podium masculin en terminant en 1h26’29”.


Les Relayeurs


Les 21,1 km du semi-marathon se court en individuel ou en relais (3x7km). C’est le cas des quarante-et-une équipes participantes dimanche. C’est l’équipe des Toulousains composée de Alexis Bernier, Ocal Gokbudak et Loïc Lapeze, qui termine première après 1h20’56” de course.
Les trois athlètes ne se connaissaient pas la semaine dernière. Tous les trois d’origine Toulousaine, tous les trois coachs sportifs, tous les trois sans entraînement (ou presque). « Alexis est là en vacances, il m’a proposé de le faire, raconte Ocal Gokbudak. Puis j’ai croisé Loïc lors d’une soirée et l’équipe s’est ainsi constituée. A la dernière minute. » Pas d’entraînement ? Ils s’expliquent : Alexis fait plutôt du fractionné, Ocal et Loïc courent une moyenne de 7 km. Alexis Bernier qui a l’habitude de courir autour d’un lac trouve le « parcours vraiment magnifique. Ce qui est assez compliqué ce sont les grosses montées assez raides. Moi qui suis assez lourd, je fais 83kg, c’est assez difficile. Cela joue énormément. J’ai plutôt un physique pour faire du plat. »


Superbe matinée
Aux alentours de 8 heures, le stade se remplit de coureurs masqués heureux de leur course. Ils repartent tous avec leur souvenir en plus des goodies offerts par Saint-Barth Triathlon, organisateur de l’évènement, la médaille et un tee-shirt de finisher, un masque ainsi qu’une serviette siglés du logo de l’association. Dans cette période de crise sanitaire où nombre d’événements sportifs ont dû être annulés, « c’est toujours un plaisir de faire une compétition de mettre un dossard. Je suis très content. » ajoute Fabien Husson. Les Toulousains complètent en chœur : « Superbe matinée, une température parfaite, une très belle organisation. A l’année prochaine ! »

Le rendez-vous de la 4e édition est déjà fixé au dimanche 20 février 2022.

Retrouvez le portfolio sur notre page Facebook.

 

Journal de Saint-Barth N°1412 du 25/02/2021

Les élus veulent rouvrir Saint-Barth
Le masque devient obligatoire
Records au Semi-marathon