Le préfet de Guadeloupe Alexandre Rochatte conférence de presse le 24 septembre.

Finalement, il faut un motif impérieux pour se rendre en Guadeloupe

 

La semaine dernière le préfet de Guadeloupe Alexandre Rochatte a pris de nouvelles mesures pour la Guadeloupe, placée en zone d’alerte maximale quant à la crise du Covid-19. Parmi elles, il a annoncé la mise en place de motifs impérieux entre Saint-Martin et la Guadeloupe. La préfecture des Îles du Nord nous avait alors indiqué que Saint-Barth n’était pas concernée. Mais finalement, le communiqué publié par la préfecture englobe bien Saint-Barthélemy. Ainsi, un habitant de notre île qui souhaiterait se rendre sur l’île papillon devra, comme à l’époque du confinement, justifier d’une bonne raison : rendez-vous médical, obligation professionnelle… A priori cela ne s’applique pas aux voyageurs en transit par Pointe-à-Pitre. Si le communiqué est en ligne, l'arrêté préfectoral n'a pas encore été publié.

Dimanche, la préfète Sylvie Feucher a demandé à Bruno Magras s’il souhaitait appliquer la même chose dans l’autre sens, c’est à dire imposer un motif impérieux pour quelqu’un venant de la Guadeloupe vers Saint-Barthélemy. Les deux sont tombés d’accord sur le fait que ce n’était pas forcément pertinent. Même si le virus circule très activement en Guadeloupe, peu de Guadeloupéens font le trajet jusqu’à notre île, surtout en cette période. De plus, les motifs impérieux sont difficiles à vérifier dans les faits : beaucoup de triche avait été constatée durant le confinement.