Eric et Claude Déravin en 1995 compagnie Saint-Barth Plus ©JSB

[ODONYMES] Claude Déravin, un autre pionnier de l’aviation à Saint-Barth

Dans les années 60 plusieurs Saint-Barth se lancent dans l’aviation, dont Claude Déravin avec sa compagnie Air Saint-Barth. En 2012 une rue près de l’aéroport a été baptisée en son souvenir.

 

On qualifie toujours Rémy de Haenen de pionnier de l’aviation dans les Caraïbes ; s’il fut le premier à atterrir à Saint-Jean, l’ancien maire a peu à peu été entouré d’autres pilotes audacieux, notamment des Saint-Barth. Eux aussi ont participé, aux manettes de leurs petits appareils, au désenclavement éclair de l’île. Parmi eux, Claude Déravin, décédé en 2004. Entrepreneur, il avait fondé plusieurs compagnies aériennes, Air Sport en Guadeloupe dans les années 60, puis Air Saint-Barthélemy, première à proposer un trajet entre Pointe-à-Pitre et Saint-Barth calé sur l’heure d’arrivée du long courrier depuis Paris. Première aussi à assurer une liaison régulière avec l’aéroport international de Juliana, à Sint-Maarten.

Vol avec Giscard-d’Estaing
Les voyageurs, et notamment les célébrités qui fréquentaient assidûment Saint-Barth, volent dans un Cessna 402. Claude Déravin a même transporté le président de la République Valéry Giscard d’Estaing ! Mais il met surtout généreusement ses compétences de pilotes au service des Saint-Barth, en effectuant de nombreuses évacuations sanitaires, quitte à prendre tous les risques en décollant de nuit ou par mauvais temps pour acheminer les patients vers l’hôpital. Finalement, les difficultés inhérentes au secteur aérien dans la Caraïbe auront raison de Air Saint-Barth. Plus tard en 1995, Claude Déravin tente, alors que Bruno Magras et Michel Martinon viennent de lancer Saint-Barth Commuter, de créer une nouvelle compagnie locale, Saint-Barth Plus, avec un avion Trislander. Elle a fait long feu.
En 2012, le conseil territorial a voté pour que la rue bordant l’aéroport, du rond-point de la Tourmente jusqu’à l’entrée du lotissement Lédée, soit nommée en l’honneur de Claude Déravin, « qui de son vivant, a beaucoup œuvré pour permettre la survie de nombreuses personnes et le bien-être de notre population, fixant ainsi des repères pour les générations qui se succèdent, en leur rappelant les événements qui ont apporté du changement dans leur histoire », commente la délibération.

 

Lire aussi

> Lubin Brin, survivant des tranchées de Verdun

> Augustin Cagan, animateur de Gustavia

> Adrien Questel, l'une des premières bibles de la biodiversité locale

Journal de Saint-Barth N°1387 du 02/09/2020

Enfin la rentrée !
La Suède sommée de s'excuser
Notre série sur les odonymes