Seize chars à l’assaut de Mardi-Gras

Le Comité de Carnaval a élu in extremis Jocari Bapin présidente. Cette édition 2020 regroupera un nombre de chars plus élevé que ces dernières années : seize groupes défileront dans Gustavia, mardi après-midi.

 

Mardi 25 février, à 14 heures, seize chars s’élanceront du quai du port de commerce, pour plusieurs heures de défilé. En tête, le groupe AMC présentera son attelage Chasseurs de saveurs. En queue de peloton, le M’Fire Band, conduit par Didier Magras de Corossol. Entre les deux, les carnavaliers pourront admirer le spectacle proposé par les Pineapple Girls, les Caribbean Girls, les Youngz, Island Vibes, Golden Feather, Public Secret, l’AS Gustavia, le Nikki Beach, le trio Shellon/Guérite/Victoria, Saint-Barth Créatif, Ti Ouana Salsa, Tête Ensemble, le NIB mené par Steeve, l’Ascco. Le groupe folklorique franco-portugais sera aussi de la partie. Le défilé sera donc plus long que l’an dernier, où dix chars composaient le joyeux cortège. Sept pauses de 5 minutes sont prévues pour les chorégraphies.

Les thèmes de chacun sont classés secret défense jusqu’au jour J. Mais on sait que les danseurs de Ti Ouana Salsa mettront particulièrement l’accent sur les costumes, cette année. Que le cortège sera clôturé par deux camions de jump-up. Que les chorégraphies auréolées de plumes seront multipliées par rapport à l’an dernier. Que Public Secret arborera un thème marin et pirates animé par plusieurs DJ...

 

Pourtant cette année Carnaval a bien failli tourner au fiasco. En cause, la présidence vacante du Comité. Car le président, chargé de tout superviser, voit son Carnaval personnel festif se transformer en marathon de la surveillance. Hors de question pour tous ces bénévoles viscéralement attachés à leur défilé de s’en priver. Ainsi fin décembre, un compromis a été trouvé, tous les groupes et associations souhaitant avant tout faire de cette édition une réussite. Une présidente, Jocari Bapin, danseuse dans le groupe Golden Feather, a été élue, et le Comité a fait appel aux services d’une société de sécurité privée pour gérer le déroulement des festivités. De la sorte, personne ne ressort frustré.

 

« Il y a tellement eu un coup de mou après Irma, ce n’était plus la même ambiance, Carnaval attirait moins de chars et moins de monde… » se souvient Jocari Bapin. « On s’est dit que ce n’était pas possible ! Carnaval, c’est un rendez-vous important pour le tourisme, et surtout c’est une tradition ici. Depuis dix-huit ans que je vis sur l’île, j’y ai toujours participé. » Tous les acteurs de Carnaval se sont fortement remobilisés, pour offrir une édition 2020 mémorable. « Ce sera magnifique ! » promet Jocari. « Les groupes sont variés, il y a plein de thèmes différents, une mixité dans les costumes… »

La ville de Gustavia sera bouclée à 13 heures, pour un départ du cortège à 14 heures et jusqu’au soir. Le parcours est le même que d’habitude : port de commerce, rue de la République, rue du Bord de Mer, square de la Rétrocession, rue Jeanne-d’Arc jusqu’à l’hôtel de la Collectivité, puis le retour.

 

Le mercredi 26 février, jour des Cendres, la tradition se poursuivra avec à la manœuvre les Youngz. Comme chaque année, ils ont construit un Vaval géant, qui sera installé devant le bar le Sélect, attendant son départ pour Shell Beach, aux alentours de 20 heures. Sur la plage, sous les étoiles, le roi du Carnaval s’embrasera, comme l’exige la coutume, pour clôturer deux jours de fête costumée.


Des navettes gratuites circuleront entre les parkings de Saint-Jean et Gustavia.


Journal de Saint-Barth N°1363 du 20/02/2020

Elles sont prêtes pour Carnaval
Semi-marathon dimanche
Construction d'une maison suédoise