Saint-Barth Harmony accélère son tempo

«Nous sommes en pleine expansion, en partie grâce à ce beau bâtiment ! » François Tressières est un président heureux. De fait, il a toutes les raisons de l’être. En cette rentrée 2021, l’école de musique Saint-Barth Harmony se veut plus dynamique que jamais.
Un élan qui s’illustre notamment par l’arrivée de nouveaux professeurs. Ils étaient cinq à dispenser leurs savoirs lors de l’exercice 2020/2021. Ils sont désormais sept. Si les élèves ont bien évidemment retrouvé Ombeline Collin (violon, violoncelle), mais aussi Michaël Parisot (piano et chant), François Leroy (guitare), Alex Djedid (guitare, basse, musique assistée par ordinateur) et Julien Séguret (percussions et batterie), ils découvrent depuis quelques semaines Isabel Haase (chant et éveil musical) et Antoine Levent (saxophone et MAO). Ce dernier a été professeur pendant dix ans au conservatoire de Pont-de-Chéruy et il a également enseigné au conservatoire de Bollène.
Parallèlement, l’école a dépassé le seuil de la centaine d’élèves. Une progression dont le président ne peut que se féliciter. Particulièrement lorsque vient s’y ajouter une dotation aussi précieuse que d’une grande utilité. « On a reçu un très beau don en instruments et en matériels de la part de l’Eden Rock », sourit François Tressières. Guitare, basse, piano, clavier, table de mixage... Il faudrait être bien difficile pour ne pas se satisfaire d’une telle moisson d’instruments.
L’autre bonne nouvelle à laquelle François Tressières entend faire échos, c’est la présence sur l’île de Didier Prossaird, musicien aux multiples talents. « Il a une qualité fabuleuse, c’est qu’il sait tout faire », s’enthousiasme le président de Saint-Barth Harmony. Depuis mercredi et jusqu’à ce dimanche, le pianiste anime un stage pour les élèves de l’école. Une cession qui va s’achever par un concert, dimanche à 17 heures en l’église anglicane de Gustavia. Un événement qui en annonce de nombreux autres.
En effet, puisque les effets néfastes de la crise sanitaire semblent s’éloigner, François Tressières se projette d’ores et déjà vers les manifestations programmées tout au long de l’exercice 2021/2022. Le Piteå Day, le marché de Noël, un stage de Pâques orienté percussions avec un intervenant de Saint-Martin spécialisé dans la musique africaine, etc. Une année d’expansion qui se présente bien, en somme.
   

Journal de Saint-Barth N°1444 du 28/10/2021

Developper la formation sur l'île
Bruno Magras interpelle la rectrice d'académie