Le premier Koumbit du jeu vidéo aura lieu jeudi 25 février de 6h à 15h, heure locale (de 11h à 20h, heure de Paris). Au programme : pitch de jeux vidéo, tribunes libres et tables rondes sur des sujets comme la place des femmes noires dans le jeu vidéo.

Première édition du Koumbit du jeu vidéo, les rencontres afro-créoles de l’industrie

Le premier Koumbit du jeu vidéo aura lieu jeudi 25 février de 6h à 15h, heure locale (de 11h à 20h, heure de Paris). Au programme : pitch de jeux vidéo, tribunes libres et tables rondes sur des sujets comme la place des femmes noires dans le jeu vidéo.

 

Le jeu vidéo est l’une des rares industries qui n’a pas chômé durant la pandémie de Covid-19. Au contraire, avec le confinement les joueurs ont été plus nombreux que jamais et plus facilement adaptés aux réalités du télétravail, les productions vont bon train. Même si les événements récurrents sont passés du réel au virtuel, il est encore possible d’en créer de nouveaux. C’est le cas du Koumbit du jeu vidéo, qui vise à faire connaître les initiatives afro-créoles.

 

Le Koumbit du jeu vidéo –“koumbit” vient du créole antillais qui signifie forum– est porté par trois professionnels francophones de l’industrie du jeu : Mickaël Newton, chef de projet responsabilité sociétale à Ubisoft ; Muriel Tramis, enseignante et créatrice de jeux d’aventure comme Gobliiins et Mélissandre Monatus, enseignante et professionnelle du marketing dans le jeu vidéo. « Le but est de mettre en lumière des régions et des personnes qui sont souvent invisibilisées dans l’industrie dans son ensemble. Dans le même ordre idée, lorsque nous parlons de jeux vidéo faits en Afrique, nous voyons toujours les mêmes noms revenir alors qu’il y en a bien plus que ça. », explique Mickaël Newton.

 

Ce Koumbit vise à mettre en lumière ces talents de la diversité peu représentés afin de faire évoluer la mixité dans l'industrie et de mettre en lumière des modèles pour les générations futures. Il a pour inspiration un événement similaire proposé par Ubisoft mais en anglais, Black Game Pros dont l’objectif est de mettre en avant les minorités de l’industrie. Le Koumbit du jeu vidéo vise à faire de même, mais en français et pour toute la francophonie : « Nous voulons vraiment mettre de l’avant ce qui ne se voit pas et c’est la raison pour laquelle nous ne souhaitons pas cantonner ça à la France et aux DOM-TOM. Il faut que toute la francophonie puisse en bénéficier. »

 

En plus des trois tables rondes : quels accompagnements et aides pour les studios & créateurs afro-créoles ? L’image des femmes, notamment afro-créoles, dans les jeux vidéo ou encore le recrutement dans le jeu vidéo d’autres rendez-vous sont également programmés avec des invités qui ont beaucoup à dire : à titre d’exemple, Yann Leroux (psychologue), Cindy Asselin de Beauville (narrative game designer) ou encore Margaux Monjoly (étudiante tech art & concept art) partageront aussi leur témoignage ainsi que leur vision de l’industrie vidéoludique.

 

Afin de garder une totale indépendance, les organisateurs vont limiter cette première édition à une centaine de personnes. L’objectif est de collecter des retours une fois l’événement terminé pour lancer une véritable première mouture d’ici la fin de l’année. Il reste quelques places dites de “soutien” car payantes à prix libre à partir de 1€, pour une participation aux frais fonctionnels.

 

Le Koumbit du jeu vidéo aura lieu le 25 février de 6h à 15h, heure locale.

Inscription sur bit.ly/koumbitjv

Journal de Saint-Barth N°1412 du 25/02/2021

Les élus veulent rouvrir Saint-Barth
Le masque devient obligatoire
Records au Semi-marathon