« On n’est jamais déçu avec le cinéma cubain ! »

Le Saint-Barth Film Festival débute dimanche avec une série de projections gratuites de longs-métrages made in Caraïbe, des rencontres et des débats avec des réalisateurs. Un voyage au cœur du reggae jamaïcain, de la société cubaine, de la vie des “anciens” de Saint-Barth, des affrontements idéologiques entre Aimé Césaire et Louis Aragon

 

La 24e édition d’un festival qui porte haut la culture caribéenne débute dimanche en fanfare, ou plutôt en reggae, avec la projection sur le quai d’honneur de “Inna de Yard”, documentaire musical tourné en Jamaïque par Peter Webber. « C’est la cinquième année que nous organisons cette soirée en collaboration avec la West Indies Regatta », rappelle Ellen Lampert Gréaux de l’association Ciné Saint-Barth. « Ce sera une soirée inoubliable, avec ce documentaire pour tous les amateurs de musique, et les bateaux traditionnels juste à côté. »

 

Ouverture vers le continent

Au fil des éditions, le Saint-Barth film festival s’ouvre au delà des Caraïbes, avec des réalisateurs d’Amérique centrale et du sud. « Il y a des similarités dans les deux cultures », note Ellen Lampert Gréaux. Qui prévient que le film du mardi soir, “Perro Bomba”, est « assez dur. Il sera à mon avis très intéressant pour les jeunes, car il raconte l’histoire de Steevens, jeune émigré de Haïti au Chili, accueilli en paria. Saint-Barthélemy est un cas à part dans la Caraïbe, très différente des autres îles. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes privilégiés, au milieu de cette région ; on ne doit pas perdre de vue ce qu’il se passe autour de nous », plaide Ellen Lampert-Gréaux. « L’objectif du festival, c’est que le maximum de gens rencontrent un cinéma qu’ils n’ont pas l’habitude de voir. Il y a une vraie richesse en la matière, qui n’est jamais montrée. »

A Cuba en particulier, à en croire la présidente de l’association Saint-Barth Film Festival. « On n’est jamais déçu avec le cinéma cubain ! » Cette année, deux films issus de la grande île sont proposés: “Candelaria”, réalisé par Jhonny Hendrix, raconte l’histoire d’un couple de septuagénaires, Victor Hugo et Candelaria, bousculé par l’apparition d’une caméra dans son existence. Second film cubain, “Sergio et Sergeï”, ou comment un astronaute russe oublié dans l’espace par l’URSS entre par hasard en contact avec un Cubain, via une fréquence radio. « Deux films très différents mais un point commun, leur très bon sens de l’humour ! »

 

Un film “oscarisé”

Place aux habitués : Steve et Stéphanie James, fidèles du festival, présenteront une série de courts-métrages au théâtre du Paradis, suivis d’un échange avec le public. Cédric Robion, producteur du film “Mémoire d’anciens” réalisé par Victoire Theisman, sur la vie à Saint-Barthélemy telle qu’elle était il y a quelques décennies, reviendra à l’Ajoe la semaine prochaine. Pour finir, le premier week-end de mai, l’invité d’honneur Guy Deslauriers viendra présenter son documentaire qui met en scène deux grands hommes de l’histoire de France et des Antilles : Aimé Césaire et Louis Ara- gon. Qui malgré bien des points communs, ne serait-ce que leur virtuosité littéraire et leur engagement communiste, ont fini par se déchirer. Enfin, en clôture du festival, un film mexicain qui a décroché, excusez du peu, l’Oscar du meilleur film international en 2019 : “Roma”, de Alfonso Cuaron.


Programme en bref

- Dimanche 28 avril “Inna de Yard” à 19 heures sur le quai d’honneur

-Mardi 30 avril “Perro Bomba” à 20 heures à l’Ajoe

- Mercredi 1er mai “Candelaria” à 20 heures à l’Ajoe

- Jeudi 2 mai “Sergio et Sergei” à 20 heures à l’Ajoe

- Vendredi 3 mai, courts métrages de Steve & Stéphanie James au théâtre du Paradis à 14 heures

“De mémoires d’anciens” à 20 heures à l’Ajoe

- Samedi 4 mai, causerie sur Aimé Césaire avec Guy Deslauriers à 10 heures au Repaire

“Césaire contre Aragon” à 14 heures au théâtre du Paradis

“Roma” à 20 heures à l’Ajoe

 

> Programme détaillé et synopsis des films dans le cahier spécial ci-après et sur www.stbarthff.org.


JSB 1325








Journal de Saint-Barth N°1325 du 25/04/2019

Régulation des cabris
Film Festival et West Indies
Européennes
Vitet privé d'eau