L’érotisme vintage de Guy Bourdin s’expose

Une collection de photographies de Guy Bourdin est à découvrir depuis samedi, dans une résidence de Gustavia, sur rendez-vous.

Philippe Combres, instigateur de l’exposition Guy Bourdin, reconnaît qu’il est chanceux. Fan du photographe français depuis longtemps, il visite une exposition qui lui est consacrée, à Monaco. « Là-bas, je rencontre la galerie représentante exclusive du photographe qui me dit qu’une des plus grandes collections de l’artiste avait été acquise par une habitante de St Barth !  De retour à Saint-Barthélemy, un ami m’introduit à l’actrice marocaine Asmaa Khamlichi qui me reçoit dans son magnifique Penthouse de la Pointe à Gustavia et me laisse découvrir son impressionnante collection, la deuxième au monde ! » Asmaa Khamlichi ne mettra pas très longtemps à se laisser convaincre. « Je la persuade, elle me répond qu’elle montrera ces œuvres avec grand plaisir, surtout après Irma, pour donner à voir d’autres images à la population. Des images de mode, de glamour, des images d’art. »

Cuir et latex 

Le projet est lancé. Et Philippe Combres, de l’association Art Saint-Barth, fait visiter la demeure d’Asmaa Khamlichi, parsemée de photographies de Guy Bourdin, sur rendez-vous depuis samedi. Car cette exposition n’est visible que sur rendez-vous. « Cela permet d’avoir le temps d’expliquer cet artiste qui est habituellement présenté dans des musées internationaux », indique-t-il. De plus, l’exposition se tenant chez l’actrice impossible d’y entrer comme dans un moulin. Pour couronner le tout, le travail de Guy Bourdin n’est pas à mettre devant tous les yeux. 

« Guy Bourdin s’intéresse à l’esthétique de la féminité, du glamour, et interroge aussi d’autres émotions plus troublantes comme le fétichisme. Ses images parfois provocatrices ont instauré un changement radical dans la manière d’aborder les campagnes publicitaires de mode. C’est moins le produit qui attire le consommateur, chaque image est réalisée comme un scénario de film.», décrit-il. L’exposition sera séparée en deux. Une partie grand public, et pour les photos plus osées, la partie chambres sera réservée. « A Saint-Barth, on est habitués à la photo de nu. Ici, les personnages ne sont pas nus. Ils vont avoir une attitude, des vêtements de cuir ou de latex, des références au fétichisme… C’est suggestif, très loin de la pornographie. Ce travail a été réalisé dans les années 70, on pourrait le qualifier d’érotisme vintage… En tout cas, l’intégrité de la féminité est toujours respectée, on est très loin de la vulgarité. »

> Exposition jusqu’à fin mars au Penthouse St Barth à Gustavia (face Côté Port, au dessus de chez Hot Stuff). Œuvres en vente de 20.000 à 50.000 €. A voir sur rendez-vous : phil@artsaintbarth.com.


Taux de change

Drapeau USA 1.114 USD Drapeau Russie 71.307 RUB
Drapeau Canada 1.464 CAD Drapeau Brésil 4.636 BRL