“Irma2.0”, un documentaire sur l’usage des réseaux sociaux en temps de crise

Après le passage de l’ouragan Irma, les rumeurs les plus folles ont couru sur les réseaux sociaux, noyant les messages officiels. La journaliste Bénédicte Jourdier a réalisé un documentaire sur ce phénomène, pour comprendre sans juger. Il sera diffusé mercredi 2 septembre sur Canal + Caraïbes.

 

Journaliste basée en Guadeloupe, Bénédicte Jourdier a quitté l’île papillon pour Saint-Martin au lendemain d’Irma, pour réaliser des reportages après le passage de l’ouragan. Après 16 heures de navigation au côté des renforts de sapeurs-pompiers, elle découvre le 9 septembre 2017 la dévastation et la panique. « J’y suis restée un mois. Et ce qui m’a le plus marqué c’est de voir autant de vidéos sur les réseaux sociaux, tournées pendant le cyclone. Je me suis posée des questions sur les risques que les gens prennent pour filmer. J’ai voulu en savoir plus, sans jugement. » C’est le résultat de ce travail qui est présenté dans le documentaire “Irma 2.0, nos comportements sur les réseaux sociaux en temps de crise” qui sera diffusé mercredi 2 septembre à 20 heures sur Canal + Caraïbes.
« J’ai essayé de retrouver et entrer en contact avec les auteurs de toutes ces vidéos, pour savoir comment ils voyaient les choses avec le recul », poursuit la documentariste. « J’ai aussi rencontré des gens qui ont vécu Irma à distance, comme cette Saint-Martinoise installée à Chambéry, qui dormait avec son téléphone sur le ventre pour être sûre de ne pas rater la moindre information. Enfin je donne la parole à deux spécialistes de ce sujet, qui livrent une analyse de ce phénomène. L’un d’eux, Gaël Musquet, préconise même un entraînement à l’usage numérique en temps de crise, comme on le fait pour les exercices d’évacuation par exemple. »

Dans le chaos post Irma, le manque d’informations officielles, où en tout cas la difficulté à les transmettre, avait laissé le champ libre aux plus terribles rumeurs. Ainsi, dans une vidéo “selfie”, une femme assurait avoir vu des milliers de corps flotter en mer. « J’ai retrouvé l’auteure de cette vidéo, elle n’a pas voulu témoigner. Elle a été très exposée après ça », confie Bénédicte Jourdier. La journaliste ne voit « ni bien ni mal dans les réseaux sociaux. La conclusion du reportage, ce serait plutôt la nécessité de ralentir les publications. Il y a tellement d’informations que les informations vitales n’arrivent pas à émerger, il faut que l’on parvienne à faire le tri, spécifiquement en temps de crise. »

> “Irma2.0, nos comportements sur les réseaux sociaux en temps de crise”, par Bénédicte Jourdier, mercredi 2 septembre à 20 heures sur Canal + Caraïbes.

Journal de Saint-Barth N°1386 du 26/08/2020

La fête patronale célébrée
L'épidémie de Covid contenue
Election des Miss