Charles Moreau décortique la nature de l’île au musée territorial

La culture revient à Saint-Barth avec la première exposition de la saison au musée territorial intitulée : « De Natura Sancti Bartolomei ». Une trentaine d’œuvres de Charles Moreau sont à découvrir dès samedi.


Charles Moreau, Tourangeau installé à Saint-Barth depuis trois ans, s’est pris de passion pour la flore de l’île, qu’il a commencé à dessiner sur toile.
Avec une règle, représenter les plantes à l’échelle réelle. Ainsi, certaines toiles mesurent plusieurs mètres, d’autres sont de taille plus modeste. Le musée territorial propose, du 18 novembre au 10 janvier, une exposition de ses tableaux, réalisés principalement à l’encre de Chine et la peinture à l’huile. Elle a été baptisée : « De Natura Sancti Bartolomei ».
« Au fur et à mesure de mon travail, je me suis aperçu que j’étais en train de créer un corpus. Je me suis toujours intéressé à la botanique, j’adore l’esthétique des planches scientifiques », raconte Charles Moreau, 37 ans. « L’idée m’est venue de réaliser un traité d’histoire naturelle, façon 17e siècle, quand des botanistes accompagnaient les navigateurs sur de nouveaux territoires pour rendre compte de la flore locale... »


Plexus de langouste
Si Charles Moreau, antiquaire de profession, ne se prétend pas scientifique, il a fidèlement reproduit différentes espèces de plantes et animaux, tel qu’il les trouvait au gré de ses promenades à Saint-Barth.
« Ce sont des instantanés de vie et de mort de la faune et la flore. Ainsi, j’ai dessiné un iguane trouvé mort écrasé sur la route, ou encore une plante en train de germer. » Et parfois, des détails : « J’aime représenter les choses par le petit bout de la lorgnette. Par exemple, l’une de mes œuvres représente le plexus d’une langouste… » Un livre sera tiré de l’exposition, disponible mi-décembre.


« De Natura Sancti Bartolomei », à voir au musée territorial jusqu’au 10 janvier. Entrée gratuite.