Seize chars ont paradé dans les rues de Gustavia le jour de Mardi Gras en février 2020.

Carnaval : « J’ai tout de même envie de marquer le coup »

Chars, groupes carnavalesques, danseurs composent le défilé traditionnel de Carnaval. Mardi 16 février les rues de Gustavia sembleront silencieuses en comparaison du jour de mardi gras 2020 où 16 groupes ont rivalisé d’ingéniosité pour leurs costumes. De nombreux touristes viennent pour l’occasion pour s’amuser et admirer les chorégraphies mais aussi l’imagination de certains.

Fabienne Miot, participe de manière inconditionnelle au Carnaval. Chaque année on attend avec impatience de découvrir le thème choisi. Elle nous transporte avec ses costumes faits maison dans son monde imaginaire comme celui de la musique lorsqu’elle défilait déguisée en disque vinyle ou comme en 2010, avec son costume de la reine Amidala. La bijoutière de la rue de la République n’est cependant pas totalement surprise de la tournure des événements : « On est forcément un peu déçus que ça n’ait pas lieu car on adore le Carnaval. Cela dit, je trouve logique qu’il soit annulé vu les circonstances actuelles. » Bien qu’elle ne puisse pas y participer cette année, elle a une solution : « J’ai tout de même envie de marquer le coup et que cette journée ne soit pas une journée comme les autres. Comme je ne peux pas me déguiser complètement, je vais porter un chapeau rigolo ou une coiffure de Carnaval. Ainsi mes clients et mes amis sauront que cette journée reste spéciale. »

Léa Cô Quât, kinésithérapeute en remplacement sur l’île, se dit très déçue par cette annulation : « Je comprends la raison de l’annulation mais je ne peux m’empêcher d’être déçue. D’autant plus que j’avais acheté tout le tissu pour faire mon costume… »

Contactés par nos soins, les groupes qui participent tous les ans au Carnaval ne nous ont pas répondu. Nous ne pouvons donc que spéculer sur leur réaction quant à l’annulation de l’événement.

Le Carnaval a eu lieu cependant dans les écoles de l’île la veille des vacances scolaire. À Colombier, à Gustavia comme à Lorient, l’événement est resté dans l’enceinte de l’établissement. Les enfants participent à un carnaval à huis-clos puisque les parents ne peuvent pénétrer à l’intérieur. Par ailleurs, l’école primaire de Lorient nous confirme que les spectacles sont filmés et une copie sera délivrée par la suite aux parents pour qu’ils puissent en profiter, même après coup.

 

Journal de Saint-Barth N°1410 du 11/02/2021

Le tourisme dans l'attente
Clean Up Gustavia
Fréquentation du port en 2020