Au musée, Kalinagos et pirates des Caraïbes

Le service culture de la Collectivité propose une nouvelle exposition au musée Wall House à compter de vendredi 19 juin, intitulée “Origine : entre mythe et histoire”.

Jusqu’au 15 novembre, le musée Wall House accueille une nouvelle exposition sur les mythes et légendes autour de notre île. «L’histoire de l’arc caribéen est remplie de témoignages vivants retraçant les conquêtes de ses territoires. Des peuples natifs des “Amériques” aux aventuriers du XVIIe siècle bataillant sous pavillon français, espagnol, hollandais ou britannique ont fait de ces îles, des colonies âprement disputées », indique le service culture de la Collectivité dans un communiqué. «De cette grande Histoire, vous découvrirez comment Saint-Barth s’est illustrée comme toutes les autres îles dans un nouvel ordre mondial », annonce-t-il. «Un peuple français devenu tantôt anglais, tantôt suédois et dont son patrimoine parlé et naturel sera en parti présenté au travers de légendes oubliées mais également des richesses de ses plantes et arbres venus de l’Ancien et du Nouveau Monde. » Deux chapitres principaux seront abordés, par les faits historiques autant que par les légendes qui les entourent : la vie des premiers habitants de Saint-Barthélemy, ou plutôt Ouanalao. « Ils se désignaient comme les Kalinagos, “hommes forts”, cependant les espagnols les nommèrent les Cannibales ou Caraïbes », souligne la Collectivité. Autre source de récits romanesques, les «  pirates et mercenaires qui ont navigué dans nos eaux: Barbe-Noire, François L’Olonnais dit “le cruel”, Anne Bonny et Henry Morgan, les vrais pirates des Caraïbes. »

> Accueil enfants et familles dès 17 heures vendredi 19 juin, et vernissage le même jour de 18 à 20 heures, au musée du Wall House. L’exposition sera ensuite visite en accès libre aux horaires suivants : Lundi 9h30/12h - 15h/19h ;  mardi 9h30/12h - 15h/19h ;  mercredi 9h30/12h - 14h/19h ; jeudi  9h30/12h  - 15h/19h ; vendredi 9h30/12h - 15h/19h ; samedi 9h30/13h.

Journal de Saint-Barth N°1380 du 17/06/2020

Saint-Barth ne veut plus attendre
Fêtes de quartier
25 ans de Bruno Magras