Sylvie Feucher et Bruno Magras coupent le ruban du Centre médico-social

Sylvie Feucher et Bruno Magras coupent le ruban du Centre médico-social

Le Centre médico-social a été inauguré samedi matin par la préfète des Îles du Nord Sylvie Feucher et le président de la Collectivité Bruno Magras. Il accueille les usagers depuis lundi.

 

Le bâtiment a coûté 3,2 millions d’euros, dont un demi-million apporté par l’Etat, remercié par une plaque apposée sur la façade. Le nouveau Centre médico-social Inèze-Gumbs a été inauguré samedi matin, après deux ans de travaux. «Un bel investissement », commente Bruno Magras. «Je suis même jaloux, j’avais pensé proposer l’échange de mon bureau pour avoir une meilleure vue sur le port… »

Le Président de la Collectivité rappelle que le dispensaire qui se tenait là avait été inauguré il y a bientôt vingt ans. «  L’heure était venue de passer à une vitesse supérieure. Parce que nous avons souhaité évoluer, devenir Collectivité d’Outre-Mer, et de fait nous avons eu des transferts de compétences. Nous devons les assumer correctement, pour deux raisons : d’abord parce qu’il faut rendre à la population un service  auquel elle a légitimement droit. Mais nous devons aussi prouver au gouvernement notre capacité à assumer les compétences que nous avons demandées ; parce que le pire ce serait de demander des compétences à l’Etat central et ne pas être en mesure de les assumer correctement », souligne-t-il, dans la lignée de son discours du 24 août, au cours duquel il a annoncé sa volonté de demander un transfert de compétences supplémentaires de l’Etat vers la Collectivité.

L’Etat, représenté par la préfète de Saint-Martin et Saint-Barthélemy Sylvie Feucher, a contribué financièrement à la construction de ce pôle social. « J’ai plaisir à voir se concrétiser ce projet que j’ai vu se construire », commente-t-elle, louant « un magnifique bâtiment dans un magnifique endroit », et la pertinence du regroupement de l’ensemble des acteurs du social, notamment les associations : Trait d’Union-aide aux victimes, la Croix-Rouge, le Sessad, Emma… « L’Etat a modestement participé au vu de l’investissement réalisé par la Collectivité. J’ai envie de vous dire que quand on confie de l’argent à la Collectivité de Saint-Barthélemy, on est certain qu’il sera bien utilisé, on en a encore la preuve aujourd’hui. »

Bruno Magras
envie Mimie Mathy

Outre les bonnes conditions d’exercice pour les travailleurs sociaux, et l’amélioration de l’accueil des usagers, le nouveau Centre médico-social vise aussi à désengorger Gustavia, précise Bruno Magras. « Nous savons tous qu’il y a un problème de stationnement à Gustavia, c’est un sujet propre à toutes les îles touristiques. Il y a donc à agir sur plusieurs tableaux. (...) Le Centre médico social contribue à cette politique consistant à sortir du bourg un certain nombre d’activités.» Le Président se lance ensuite dans un argumentaire: « Il y a toujours des gens pour se plaindre la bouche pleine. L’être humain s’habitue toujours aux bonnes choses. Tout le monde a l’impression que ce qui existe aujourd’hui a toujours existé. Si j’avais la possibilité de faire comme Mimie Mathy, je claquerais des doigts, et disparaîtrait tout ce qui a été fait depuis 1995. Et vous verriez la différence ! »

L’équipe très féminine du service social ravie de son nouvel espace, avec la première vice-présidente Nicole Gréaux, qui dispose d’un bureau attitré.

Après les allocutions informelles, Sabrina Gréaux-Questel, directrice du service de la Cohésion Sociale, et Sandrine Reynal, l’une des dix employé(e)s qui travailleront dans ce nouveau bâtiment, font visiter les lieux à la préfète. Plusieurs bureaux  clairs, un espace pour chaque activité (insertion, handicap, PMI, etc), une salle d’attente extérieure dotée de jeux pour les enfants, des salles réservées aux activités des associations… Les usagers peuvent le découvrir à leur tour depuis lundi.

 

Journal de Saint-Barth N°1390 du 23/09/2020

Le CBD cartonne
Le coronavirus circule
Patrimoine et école