Saint-Barth assoiffée

La sécheresse semble ne jamais finir et la production d’eau ne parvient pas à répondre aux besoins, loin de là. Problème : plus la Saur et la Collectivité appellent à la restriction, plus la consommation augmente…

L’île est à sec. La production d’eau ne parvient pas à combler les besoins de la population, en cette période chargée des Voiles. Ce n’est pas faute d’avoir appelé à la restriction. La Collectivité et la Saur ont, depuis quelques semaines, à plusieurs reprises demandé à chacun de se limiter au strict minimum. Fini la piscine, l’arrosage du jardin et le lavage des voitures. La Collectivité dit interdire ces usages, bien qu’aucun arrêté n’a été pris à ce jour.

Les consignes, en tout cas, restent lettres mortes. « On obtient l’effet inverse. Plus on appelle à se limiter, plus la consommation augmente », admet Maëlle Servanton, responsable de la Saur Saint-Barth. Visiblement, le premier réflexe des habitants face à la demande de restriction est de remplir les citernes. Ceux qui vivent en début de réseau sont alors pourvus, mais rapidement, il n’y a plus d’eau pour les résidents plus éloignés. Les habitants de Dévet et Vitet en savent quelque chose !

Ces derniers jours, la situation s’est aggravée. Un incident dans l’incinérateur de Dalkia Wastenergy a contraint la Sidem à diminuer sa production d’eau, déjà insuffisante en ces temps de sécheresse même quand elle produit à plein régime. C’est le revers de la médaille de l’économie circulaire : quand l’un a un problème, toute la chaîne est impactée. « Entre les trois acteurs, nous faisons tous notre maximum. » Les équipes sont parvenues à réparer rapidement l’incinérateur, et « la production d’eau est repartie à son niveau normal, mardi, avec 160 m3 par heure », soufflait Maëlle Servanton, soulagée. En partie, du moins. « Il faudra plusieurs jours pour que l’eau parvienne dans tout le réseau, il est à zéro. Ensuite, nous devrons réaliser des purges là ou elle a stagné, pour éviter la propagation de bactéries. Cela peut prendre un certain temps. »

Encore plus longtemps si tout le monde remplit sa citerne dès le retour de l’eau de ville. Pour que chaque quartier ait accès à l’eau, la Saur avait mis en place, jeudi 11 avril, un planning de coupures d’eau. Objectif : mieux répartir la ressource, pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui trinquent. Idée abandonnée dimanche soir. Là aussi, l’initiative a eu l’effet inverse de celui espéré. « Les gens ont peur de manquer et remplissent toutes leurs réserves. Personne n’arrivait à avoir de l’eau, ça ne servait à rien. »

Pour que la situation s’améliore au plus vite, chacun peut agir en consommant le moins possible d’eau. Pour de vrai.


_____________________
Le port pointé du doigt
Beaucoup critiquent le fait que les bateaux ont l’autorisation d’utiliser l’eau de ville pour le nettoyage. Et ils sont nombreux avec les Voiles de Saint-Barth qui battent leur plein. Renseignements pris, leur consommation est la suivante : sur les trois quais où ils sont installés (République, Wall House, De-Gaulle), ils ont utilisé, en trois jours (13 au 16 avril au matin), 8.551 litres d’eau de ville (8,5 m3).

_____________
A long terme
Plusieurs chantiers sont ouverts pour répondre au problème récurrent de manque d’eau de ville sur l’île. D’abord, la construction d’une nouvelle canalisation afin que les réservoirs soient indépendants, et que les habitants de la fin de réseau ne soient pas pénalisés par rapport aux autres. Elle est en cours, tronçon par tronçon. Ensuite, le chantier d’un nouveau réservoir à Public devrait débuter dans les semaines qui viennent, pour augmenter la capacité de stockage. Le projet d’installation d’une chaudière biomasse au site de propreté permettra à la Sidem d’augmenter sa production. Du côté de la Collectivité, on réfléchit aussi à un moyen d’ancrer les bons réflexes : économies d’eau et remplissage des citernes avant qu’elles ne soient vides, afin de pouvoir les utiliser en cas de coup dur, comme aujourd’hui.



JSB 1324

Journal de Saint-Barth N°1324 du 18/04/2019

Saint-Barth assoiffée
Lutte contre le logement indécent
Infertilité
Elimination des cabris