Les voiliers sans mât toujours là

La direction du port de Gustavia avait laissé un mois aux propriétaires de bateaux “cyclonés” pour les rendre à nouveau navigables, avant le 14 octobre. Les propriétaires devaient soit remettre mâts et voiles prêts à être utilisés, soit remettre en état les moteurs. Dans la rade, malgré la date butoir, des navires dépourvus de mât sont toujours là. La plupart sont habités, la crise du logement encourageant cette solution. Plusieurs propriétaires de ces bateaux ont signalé qu’ils étaient en train de se mettre en règle en effectuant les réparations nécessaires. Certains ont d’ailleurs choisi de transformer leurs voiliers en bateaux à moteur. Ils devront officialiser ce changement auprès des Affaires maritimes, ainsi que leur assurance et le service des douanes. L’essentiel étant que le bateau soit navigable. Nombre d’habitants des bateaux n’ont, toutefois, pas apprécié l’ultimatum du port. Des bruits ont circulé, certains arguant que selon la loi française le port n’avait pas le droit de mettre un bateau à la porte, même endommagé. Pourtant, le code des Transports indique bien que l’autorité compétente pour le port de Saint-Barthélemy et la police du port est la Collectivité. Celle-ci est en droit de fixer ses règles concernant la navigation ou le mouillage des navires qui le fréquentent. D’ailleurs, le code des Transports national inclut aussi une disposition interdisant tout navire qui présente un risque en matière de sécurité maritime : c’est le cas si le bateau ne peut pas être déplacé. Toutefois, certains propriétaires ont décidé de faire fi du courrier du directeur du port ; celui-ci se réserve le droit d’engager une procédure à leur encontre au besoin.

Journal de Saint-Barth N°1347 du 24/10/2019

Le Carénage refait surface
Le casse-tête de l'impôt à la source
Le début de saison touristique

Taux de change

Drapeau USA 1.082 USD Drapeau Russie 70.668 RUB
Drapeau Canada 1.437 CAD Drapeau Brésil 4.747 BRL