La crise du logement n’en finit pas

Les annonces de départs d’habitants métropolitains, parfois installés sur l’île depuis des années, faute de logement, se multiplient. Tout comme les annonces d’habitants qui recherchent « urgemment » un habitat. Dernièrement, la Collectivité a même dû utiliser le centre d’hébergement de Saint-Jean pour deux cas d’urgence. Cette semaine, c’est une employée de l’Ehpad de Gustavia qui a été installée en urgence au centre d’hébergement. Il est précisé qu’elle bénéficie de cette solution pour une durée de deux mois, et un tarif spécial a été voté par le Conseil exécutif. Fin avril, c’est une institutrice de l’école de Gustavia qui devait être logée en urgence au centre d’hébergement, elle aussi. Cette fois, dans le cadre d’une convention de mise à disposition d’une durée d’un mois, le temps pour elle de retrouver un logement. Le centre d’hébergement de Saint-Jean, au départ, est réservé aux personnes extérieures à l’île, qui y viennent dans le cadre d’événements sportifs ou culturels, ou encore dans le cadre de missions officielles pour la Collectivité. Si cette dernière commence à l’utiliser, c’est bien que la pénurie se fait plus que criante.


JSB 1281


JSB 1281