Il n’y a pas de pénurie à craindre sur l’île

Depuis samedi, les supermarchés sont pris d’assaut par les habitants qui comptent faire des stocks. Pourtant, il n’existe aucun risque de pénurie sur l’île.

Des clients qui rentrent par petits groupes à Super U, une longue file d’attente à la station service, des parkings bondés autour des supermarchés de Lorient et Saint-Jean ce dimanche… Les habitants de Saint-Barth se ruent depuis samedi sur les rayons alimentations et produits d’hygiène.

Pourtant, il n’y a aucune raison. « Le transport de marchandises continue normalement, c’est le transport de personnes qui connaît des restrictions. Même en temps de guerre, le transport de marchandise a continué ! », rappelle Ernest Brin, directeur du port. « Les pétroliers et les porte-conteneurs viennent comme d’habitude, le port de commerce fonctionne, il n’y a aucune crainte à avoir, les gens pourront faire leurs courses. »

« La seule pénurie possible est une pénurie de bon sens »

A Super U, ce lundi matin, les équipes font rentrer les clients par petits groupes, pour éviter que les rayons et les employés soient submergés. Priorité aux parents avec jeunes enfants, aux personnes âgées et handicapées. « Il n’y a aucun souci d’approvisionnement ; et nous avons du stock en prévision de la haute saison », indique la direction, qui appelle à faire preuve de civisme. « La seule pénurie possible est une pénurie de bon sens », écrit l’enseigne sur sa page Facebook. « Les livraisons vont continuer à leurs rythmes car les cargos sont déjà en transit, les approvisionnements sont donc déjà assurés pour les semaines à venir. Les mesures d’hygiène déjà en vigueur dans nos magasins vont être renforcées. »

Même chose du côté d’AMC qui rassure ses clients « sur le bon approvisionnement des trois magasins AMC, et ce dans des conditions d'hygiène strictes et renforcées. Il est important de ne pas céder à la panique afin de ne pas créer d'effet de rupture. » Car si les rayons sont vides, c’est bien en raison du comportement de la clientèle, et pas d’un manque de marchandises ou d'un risque de non-approvisionnement. Attention à ne pas créer un problème là où il n'y en a pas.


 Photo ©S.L