366 demandes de permis de construire déposées l’an dernier

La préfecture des îles du Nord a publié son rapport d’activité pour l’année 2018. Si la majorité des actions concerne Saint-Martin, Saint-Barthélemy fait l’objet de quelques paragraphes.


Un rapport d’activité de 19 pages qui résume toutes les actions menées par l’Etat dans les îles du Nord en 2018. Avec un chapitre sur l’urbanisme, qui indique que 366 permis de construire ont été demandés sur notre île (contre 100 à Saint-Martin), et visés par la préfecture. Ce chiffre comprend les permis qui ont été refusés. Il faut y ajouter 178 déclarations de travaux et 15 permis de démolir, et pour finir 194 certificats d’urbanisme. Le nombre élevé de demandes de permis de construire s’explique en grande partie par la reconstruction post-Irma. En 2017, la Collectivité avait traité 234 demandes de permis, et en avait accordé 148, pour une surface totale de 61.169 m2 (shob).

Sur le contrôle de légalité en matière d’urbanisme, la préfecture indique avoir reçu 753 actes en provenance de notre île, dont 483 ont été contrôlés. Là aussi, c’est bien plus qu’à Saint-Martin (595 actes dont 536 contrôlés).

Autres thèmes : les cuisines centrales de Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont toutes deux fait l’objet d’un contrôle. Concernant les sargasses, la cellule Santé Environnement a analysé régulièrement deux sites impactés sur notre île, les baies de Marigot et des Flamands.


Sécurité routière,
bilan lourd
L’Etat est garant de la sécurité des citoyens ; comment ne pas évoquer les accidents de la route à Saint-Barthélemy ? 2018 a été une année noire, avec vingt-trois accidents constatés par les gendarmes, 22 blessés hospitalisés et quatre tués. Ces chiffres ne concernent que les accidents graves ; les sapeurs pompiers de Saint-Barthélemy ont recensé 350 accidents de deux-roues l’an dernier, sans parler des blessés légers qui se rendent parfois d’eux mêmes à l’hôpital ou à la pharmacie.

La préfecture rappelle la mise en place d’un GLTD et d’un forum de la sécurité routière, qui sera repris à Saint-Martin cette année.
Côté maritime, la Direction de la mer travaille sur l’installation de nouvelles antennes VHF au Pic Paradis, à Saint-Martin, mais aussi à Saint-Barthélemy. Par ailleurs, quatorze sessions d’examen du permis plaisance ont été assurées par l’examinateur l’année dernière à Saint-Barthélemy –le double de Saint-Martin-, et 157 dossiers d’immatriculation de bateau ont été traités.

Contre la vie chère
Un observatoire des prix est en cours de mise en place dans le cadre de la lutte contre la vie chère. La préfecture travaille aussi sur la création de ce qu’elle appelle le “Bouclier qualité prix”, qui doit garantir l’accès aux produits de première nécessité à des tarifs corrects, déterminés par les autorités, soit en accord avec les distributeurs, soit, si les négociations n’aboutissent pas, par arrêté.

La préfecture rappelle le travail effectué sur les conséquences directes d’Irma : le long combat administratif pour le rapatriement des chevaux de Galops des îles, et l’obtention de 83.000 euros pour quinze pêcheurs au titre du Fonds de solidarité pour l’outre-mer, pour ce qui concerne notre île. La préfète déléguée Sylvie Feucher insiste régulièrement sur sa volonté d’améliorer l’accès à la formation, et le rapport souligne l’existence d’un partenariat entre le collège Mireille-Choisy et l’Essec (école de commerce de la région parisienne).

Un point finances : l’Etat a soutenu plusieurs associations locales, pour un montant total de 129.626 euros (Fonds de développement de la vie associative et Febecs). Ainsi que des projets de la Collectivité, notamment l’extension du dispensaire à hauteur d’un demi-million d’euros.

Pour finir, sur les deux îles, quarante-huit personnes ont été naturalisées.

JSB 1323


Journal de Saint-Barth N°1323 du 11/04/2019

Hissez les Voiles
Justice
François Baroin
Permis de construire
Arthur roman photo
Hoboki

Taux de change

Drapeau USA 1.108 USD Drapeau Russie 70.573 RUB
Drapeau Canada 1.468 CAD Drapeau Brésil 4.590 BRL