© SNSM

Vague de solidarité après le feu d’un navire

Dans la nuit du jeudi 4 février au vendredi 5 février, le voilier où vivent deux amies, Maurine et Camille prend feu. Une cagnotte a été mise en place pour leur venir en aide.

«Il y avait toute ma vie dans ce bateau, raconte Maurine, toujours sous le choc. Tout ce que j’avais et mon amie aussi ». Jeudi soir, vers minuit, un voilier de 10,5m au mouillage dans la baie de Colombier prend feu. Dedans, vivent Maurine et Camille. La première est hôtesse et marin, elle vit sur l’île depuis 2015, la deuxième est barmaid et yoga teacher. Maurine est propriétaire du bateau, elle l’a beaucoup entretenu. Il sort d’un mois de chantier. Camille vit là, avec elle, depuis quelques semaines.

Les deux amies de 28 ans dorment quand le drame arrive. Une personne à bord d’un bateau non loin vient à leur secours. A l’aide d’un extincteur, elle tente de circonscrire l’incendie, en vain. Deux équipiers de la SNSM St Barth et quatre pompiers arrivent alors et prennent le relai.

« On a vu tout prendre feu, ça a brûlé pendant trois heures. On ne sait pas ce qui s’est passé, dit Maurine. Tout était éteint, je coupe l’électricité tous les soirs. On m’a dit que les batteries au lithium pouvaient prendre feu. Donc c’est la piste la plus probable. » Sous le choc, incommodées par les fumées, les deux amies ont été transportées à l’hôpital. « Quand on revoit la scène on se dit qu’on n’est pas passées loin, on est reconnaissantes d’être en vie. » Accueillies pour le week-end au Centre d’hébergement de Saint-Jean, Camille et Maurine ont rapidement vu se former autour d’elles un élan de solidarité. De sorte qu’elles seront logées après avoir quitté ce lieu d’accueil temporaire. Une cagnotte a été mise en ligne et relayée par leurs amis. « On a reçu beaucoup de générosité, s’émeut Maurine. On ne se sent pas seules dans l’épreuve, beaucoup de gens nous apportent à manger, des vêtements, on reçoit beaucoup de beaux messages, de belles intentions, ça aide à passer le cap. »
Pour participer à la cagnotte de soutien : https://www.leetchi.com/c/aide-pour-maurine-et-camille


La zone toujours à éviter

Le navire de Maurine a coulé le lendemain du drame. Les équipes de l’ATE se sont rendues sur place et ont constaté une légère pollution aux carburants, beaucoup de débris et de la fibre brûlés flottant à la surface. Tant que le navire n’est pas retiré de la zone, il est recommandé aux nageurs et aux navigateurs de ne pas s’approcher. Des bouées signalent la présence de l’épave, à proximité de la plage dans la zone nord de mouillage dans la baie de Colombier. Le mât est encore visible à la surface. Selon les conditions météorologiques, l'enlèvement pourraient intervenir autour du week-end du 13 février.

 

Journal de Saint-Barth N°1410 du 11/02/2021

Le tourisme dans l'attente
Clean Up Gustavia
Fréquentation du port en 2020