Le ras-le-bol de Flamands face aux stationnements « sauvages »

La réunion publique organisée jeudi 20 mai par la Collectivité territoriale afin de présenter les travaux d’aménagement du quartier de Flamands a permis aux habitants d’exprimer le besoin de places de parking ainsi que leur exaspération vis-à-vis des stationnements « sauvages » et des perturbations qu’ils engendrent.

Il devait s’agir d’une simple présentation des futurs travaux de réfection des voiries et d’enfouissement des différents réseaux. En réalité, à peine commencée, la réunion publique organisée le jeudi 20 mai par la Collectivité territoriale à Flamands s’est rapidement transformée en débat, cordial mais animé, sur le manque de places de parking ainsi que sur les stationnements « sauvages » et les perturbations quotidiennes qui en découlent. Et ce n’est pas sans une pointe d’exaspération que les habitants venus échanger avec les représentants de la Collectivité ont évoqué ces questions.
Réunis sous le kiosque de la nouvelle aire de jeux du quartier, un peu plus d’une vingtaine d’habitants a d’abord écouté la présentation générale des travaux. « Ça va un peu bouleverser le quotidien », explique Romaric Magras, conseiller territorial, avant de détailler les aménagements qui vont être entrepris dans les sept prochains mois (lire ci-dessous). Enfouissement des réseaux, réfection de la voirie, nouveau système d’éclairage public... Mais quand le volet « trottoirs » est abordé, les questions affluent et le débat s’engage.

« Les touristes vont se garer n’importe où »
De quel côté de la rue va-t-il être placé ? Quels sont les aménagements prévus pour les entrées de maisons ? « Si l’idée des trottoirs est d’empêcher les gens de se garer le long de la route, je vous dis tout de suite ce qui va se passer, c’est qu’ils vont se garer dessus », remarque un homme. Dès lors, la question du stationnement va occuper tous les échanges.
L’absence de parking pour les personnes qui fréquentent la plage est d’abord évoquée. La Collectivité répond qu’elle ne dispose pas de terrain. « On a besoin de stationnements, mais s’il n’y a pas de foncier... », regrette Sophie Olivaud-Durand, directrice des services techniques de la Collectivité. « Les locaux vont respecter, ce n’est pas le problème, mais les touristes vont se garer n’importe où et ça va être la guerre permanente », prévient un riverain. « Flamands c’est un cul-de-sac, pas comme Lorient ou Saint-Jean », rappelle une habitante. « Pourquoi présenter des travaux sans avoir préalablement pensé à des solutions de stationnements ?», interroge un autre participant. Puis, très vite, la discussion s’oriente vers le rôle joué par l’hôtel du Cheval Blanc et les villas environnantes.

« Que le tourisme apprenne à vivre avec nous »
Plusieurs personnes insistent sur le fait que les véhiculent de ces établissements « bloquent tout ». Un homme : « Pourquoi prévoient-ils des places de stationnement pour leurs clients mais pas pour leurs employés ? » Les habitants assurent qu’ils ont sollicité à plusieurs reprises la police territoriale pour qu’elle constate l’engorgement de la voie liée aux nombreux stationnements « sauvages ». Sans résultat. « Si vous ne trouvez pas des solutions, je ne garantis pas qu’il n’y aura pas de gros problèmes entre l’hôtel, les touristes et les riverains, insiste une femme. 90% du temps, on roule sur une voie. » Et sa voisine d’ajouter : « On sait que l’on vit du tourisme, mais il faudrait aussi que le tourisme apprenne à vivre avec nous. » Le message, on ne peut plus clair, est entendu.
« Je m’engage à ce que la Collectivité prenne contact avec le Cheval Blanc pour qu’une solution soit trouvée, rassure Sophie Olivaud-Durand. Si on est ici ce soir, c’est pour présenter les travaux mais aussi pour écouter les gens du quartier. » De fait, la directrice des services techniques prend la décision de « mettre en stand-by » l’aménagement de trottoirs. « Jusqu’à ce que l’on trouve une solution pour un parking », précise-t-elle.  

 

Sept mois de travaux pour 1,7 million d’euros

La Collectivité va investir 1,7 million d’euros dans les travaux de réfection des voiries et réseaux de Flamands. Ceux-ci vont s’étendre des 4 chemins jusqu’au « poste transfo » qui se trouve avant l’accès plage dit du « parlement ». Les travaux impliquent les aménagements suivants : pose de fourreaux pour l’enfouissement de la basse tension EDF et l’extension du réseau haute tension, l’enfouissement des réseaux téléphoniques par Orange et le déploiement de la fibre optique par Saint-Barth Digital, le renouvellement de la conduite d’eau potable, la création d’une bordure caniveau pour renvoyer les eaux pluviales vers le canal, l’installation d’un nouveau système d’éclairage public à Led avec réglage d’intensité (système « intelligent » similaire à celui mis en place à Gustavia) et, enfin, la pose d’un réseau pour d’éventuelles caméras de surveillance.

Journal de Saint-Barth N°1425 du 27/05/2021

Transat : Ils arrivent
Les stationnements sauvages exaspèrent à Flamands