Jordan Laplace (2e en partant de la gauche) est depuis le mercredi 16 juin le premier président élu du Comité des pêches de Saint-Barth. Il pose en compagnie des quatre autres membres du bureau : (de gauche à droite) Mathis Lédée (secrétaire), Jonathan Gréaux (1er vice-président), Roderick Magras (trésorier), et David Malespine (2e vice-président).

Le Comité territorial des pêches organise sa première année d’exercice

L’année 2022 doit être celle du lancement des activités pour le Comité territorial des pêches et de l’aquaculture de Saint-Barthélemy. Depuis sa création, le 16 juin 2021, le Comité réfléchit activement à l’organisation de sa structure et à son bon fonctionnement. Pour ce faire, il travaille en étroite collaboration avec la Chambre économique multiprofessionnelle (Cem). Particulièrement avec Lise Perrin, technicienne halieutique dont la mission consiste notamment à « mettre en route de façon opérationnelle » le Comité des pêches.
Actuellement, le Comité compte à son bord 28 marins pêcheurs. Il a pour vocation à accueillir tous les professionnels, « quelles que soient leurs idées et leurs avis », précise la Cem, afin d’enrichir son fonctionnement. Cette structure, nouvellement mise en place sur l’île mais attendue depuis de longues années, permet de représenter les pêcheurs et d’assurer la défense de leurs intérêts généraux auprès des pouvoirs publics nationaux et communautaires. « Le Comité participe à la gestion des ressources halieutiques dans le cadre d’une pêche durable et responsable, précise la Cem. Son projet associatif (car il a été créée sous la forme d’une association loi 1901, ndlr), consultable librement, l’affirme. »

Priorité numéro 1 :
le prix du carburant
Depuis sa création, différentes actions ont permis de l’installer de manière opérationnelle : la mise en place d’un règlement intérieur ainsi que du bureau et du conseil d’administration, d’une feuille de route pour l’année 2022, sans oublier l’instauration de groupes de travail. « Le programme 2022 commencera par le sujet qualifié de « première priorité » par l’ensemble des pêcheurs, qui est le sujet de l’essence sur Saint-Barthélemy, déclare la direction de la Cem. Actuellement contraints de s’approvisionner sur Saint-Martin (en raison des tarifs exorbitants pratiqués à Saint-Barth, ndlr), les pêcheurs jugent indispensables de pouvoir bénéficier d’un carburant à un prix adapté de façon à continuer leurs activités de manière sereine et de supprimer les risques pris en mer comme à terre, liés au transport et au stockage de carburant. » D’autres sujets vont bien évidemment occuper le Comité dans les prochains mois.
Tout d’abord, la future « halle à marée » promise par la Collectivité territoriale et qui remplacera l’actuel petite halle aux poissons située à l’entrée de Gustavia. Une consultation est menée afin d’analyser les besoins des pêcheurs. Le Comité imagine également la mise en place d’un événement spécifique autour de la pêche dont le but sera de « mettre en avant les producteurs locaux ». Il va également se pencher sur la question de la formation, chère à la Cem, afin dans un premier temps de recenser les besoins des professionnels pour leur trouver des formations adaptées. Enfin, l’une des priorités de l’exercice 2022 sera la commercialisation du poisson roche, « pour mieux faire connaître et valoriser ce produit », explique la Cem.

 

Journal de Saint-Barth N°1454 du 06/01/2022

Le retour du Couvre-feu
38e édition du Festival de musique /