Des campeurs de Pâques plutôt discrets

Malgré une édition 2020 annulée en raison des restrictions sanitaires liées au Covid-19, ­l’affluence des campeurs sur les plages n’a pas été aussi importante qu’attendue pendant le week-end de Pâques.

Certes, quelques tentes ont fleuri sur le sable, ici et là. Néanmoins, le week-end de Pâques n’a pas été marqué par la traditionnelle ruée des campeurs sur les plages de l’île. La faute aux restrictions sanitaires ? Peut-être. Mais d’autres explications peuvent être avancées. Comme le départ pour Saint-Martin de nombreux Saint-Barths (lire ci-dessous) ou la préférence pour des lieux de campings plus isolés (les criques, notamment). Toutefois, après avoir été privés de leur long week-end pascal en 2020, les plus acharnés des campeurs n’ont pas manqué le rendez-vous.
A Gouverneur, impossible de manquer le campement d’Eva, Jérémy et Julien. Il a été dressé à l’entrée de la plage, sous les arbres. « L’année dernière on n’a pas pu venir à cause du confinement, donc là on le fait jusqu’au bout », sourit Julien. De fait, la petite troupe a planté ses piquets dès le mercredi soir. Sans être dérangée par les autres campeurs, quasiment absents.
« Il y a une autre tente sur la plage, explique Eva. Eux, ils sont arrivés jeudi matin ! » Toutefois, ils ne semblent guère étonnés du peu d’affluence. « A Gouverneur, c’est tous les ans assez calme, assure Jérémy. Il n’y a pas de grosses soirées. » Et Julien de préciser : « Les gendarmes sont passés, ils ont été très cools. Même eux ils étaient étonnés de voir qu’il n’y avait pas grand monde. »
Les campeurs de Gouverneur ont toutefois reçu des messages de quelques amis installés à Lorient ou à Salines qui leur ont affirmé qu’il y avait «foule ». Une constatation qui n’a pas été faite par la gendarmerie, dont des équipes ont patrouillé de plage en plage une grande partie du week-end sans rien constater de particulier. « Les gens ont bien respecté les recommandations et il n’y a eu aucun débordement », se félicite le capitaine Magniol.
« Le vent, la pluie, les sargasses, le Covid, il y a beaucoup de choses qui ont peut-être freiné un peu les gens, remarque Julien. Mais il y aussi beaucoup de monde qui est parti à Saint-Martin. » Un relatif isolement qui n’a pas chagriné la bande d’amis qui, dans son fief entoilé à Gouverneur, a pu savourer tous les plaisirs retrouvés d’un long week-end de camping.
 

 

Journal de Saint-Barth N°1418 du 08/04/2021

Vaccin : ce sera le Johnson & Johnson
Une effervescence jazzy
Transat en double