Une manifestation contre la poursuite des travaux de l’Etoile

L’association Saint-Barth Essentiel appelle à manifester samedi matin dès 8h30 à Saint-Jean contre la poursuite des travaux du futur hôtel de luxe de l’Etoile.

Saint-Barth Essentiel poursuit son action contre le projet de construction de l’Etoile. Un nouvel hôtel de luxe qui doit être érigé sur la baie de Saint-Jean, en lieu et place de feu Emeraude Plage, dévasté par Irma. Samedi, de 8h30 à 10h30, l’association appelle à manifester contre la poursuite des travaux du futur établissement. Plus précisément, l’objet de la protestation porte sur la volonté de l’investisseur, la société Saint-Jean Beach Real Estate Invest, de creuser un parking en sous-sol sur une surface de plus de 5.000 mètres carrés. Un aspect du projet qui, depuis que celui-ci a été rendu public, inquiète les membres de l’association ainsi qu’une partie de la population. Pour preuve, une pétition opposée au projet avait recueillie plus de 2.700 signatures.

Actions en justice
Dans l’étude d’impact associée au permis de construire, il est mentionné que le volume de déblais évacués de sous la plage de Saint-Jean devrait être de 41.200 m2, soit environ 70.000 tonnes.  
Plusieurs recours ont été déposés devant le tribunal administratif (TA) dans le but de faire annuler le permis de construire, délivré en décembre 2019. Saint-Barth Essentiel et l’Eden Rock, hôtel voisin du terrain sur lequel doit être bâti l’Etoile, ont ainsi émis deux référés en suspension. Une requête qui s’apparente à une procédure d’urgence visant à arrêter les travaux. Toutefois, ces référés ont été rejetés par le TA.

Le volet judiciaire reste ouvert
Les deux plaignants se sont pourvus en cassation, sans succès. Là encore, le Conseil d’Etat a retoqué leur requête, estimant que le dossier ne présentait pas assez d’éléments techniques susceptibles de prouver la nocivité des futurs travaux pour la baie de Saint-Jean.
Malgré ces échecs, le volet judiciaire de l’affaire n’est pas encore refermé. En effet, la validité du permis de construire est désormais examinée sur le fond par la justice. Une fois encore, suite à d’autres requêtes formulées par l’Eden Rock et Saint-Barth Essentiel.
Par ailleurs, l’association entend présenter un nouveau rapport d’experts à la justice. « Leurs conclusions sont catastrophiques pour la baie», assure Hélène Bernier, présidente de l’association.

Permis de construire modifié
Néanmoins, malgré la constance de la protestation, le projet ne souffre d’aucune opposition légale. Le projet initial avait même été modifié par les investisseurs à la demande de la Collectivité territoriale, dans le cadre d’un permis modificatif. Dans le premier document, la bâtisse devait s’élever sur deux niveaux en front de mer. Depuis, deux des quatre bâtiments ont été abaissés à un seul niveau et leur position a été revue. Mais il ne s’agit pas du cœur de la protestation.
« Nous ne sommes pas contre la construction d’un hôtel, ce qui nous gène c’est le parking souterrain, rappelle Hélène Bernier. Or, c’est cette phase des travaux qui est en voie d’être engagée. Ce bloc cimenté massif en sous-sol  va avoir pour effet de freiner l’écoulement des eaux de la nappe phréatique des terres vers l’océan. Ce faisant, les risques d’inondation de la plaine de Saint-Jean vont augmenter. Il nous paraît indispensable que les travaux soient stoppés maintenant. »
A défaut d’une décision de justice, l’association espère donc mobiliser les opposants au projet samedi matin, et ainsi afficher sa détermination.

Journal de Saint-Barth N°1421 du 29/04/2021

Tour de l'île
Manifestation contre les travaux de l'Etoile
Nomination d'Ines Bouchaut-Choisy