L’île s’ouvre aux touristes étrangers

Depuis hier, Saint-Barthélemy peut à nouveau - officiellement - accueillir des touristes venus de pays étrangers. Une réouverture qui intéresse principalement les visiteurs Etasuniens qui, s’ils sont pleinement vaccinés, n’auront aucune contrainte sanitaire imposée à l’arrivée.

 

L’annonce était espérée depuis de longs mois. Alors quand une circulaire gouvernementale a diffusé la liste des pays auxquels la France allait rouvrir ses frontières à partir du 9 juin, le Comité du Tourisme de Saint-Barth s’est immédiatement fendu d’un communiqué à l’attention des touristes Etasuniens qui peuvent, désormais officiellement, reprendre leur quartier sur l’île.

Orange is the new pass
« Nous sommes heureux de vous informer que le gouvernement français a autorisé Saint-Barthélemy à rouvrir ses frontières aux citoyens des Etats-Unis pleinement vaccinés, à partir du mercredi 9 juin », explique ainsi Nils Dufau, le président du Comité, dans un document daté du 5 juin. Depuis, toutes les agences de l’île ont lancé leur opération, sinon de séduction, à tout le moins d’attraction.
Selon la classification française des pays réalisée en fonction des indicateurs sanitaires, l’Amérique du Nord s’affiche en orange. Vert, orange, rouge, telles sont les trois couleurs adoptées. La première étant celle qui indique les meilleures situations, la dernière les moins encourageantes. Les Etats-Unis sont donc considérés comme une nation où le virus du Covid-19 circule activement mais « dans des proportions maîtrisées » et « sans diffusion de variants préoccupants ».

Saint-Barth au niveau 1 pour le CDC
Pour les Etasuniens qui ont «achevé leur parcours vaccinal », seul un test PCR négatif de moins de 72 heures, ou un test antigénique négatif de moins de 48 heures, sera demandé pour entrer à Saint-Barth. Pas de quarantaine ni de courte période d’isolation. Encore moins de test pendant la durée du séjour. En revanche, pour les personnes qui n’ont pas été vaccinées, un test antigénique aléatoire ainsi qu’une période d’isolement de sept jours seront obligatoires.
Parallèlement, aux Etats-Unis, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a informé les citoyens étasuniens que Saint-Barthélemy était désormais au niveau 1 pour le Covid-19. Soit le plus bas dans la mesure du virus. Une autre bonne nouvelle pour les professionnels du tourisme sur l’île.

 

Trois couleurs pour une destination


Parmi la liste rendue publique par le Gouvernement se décompose en trois couleurs. Les pays en vert sont les moins touchés par le virus (pas de circulation active et pas de variant préoccupant détectés). La liste est courte : espace européen, Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Israël, Japon, Liban et Singapour. Les pays « rouge», ceux dans lesquels le virus circule encore activement (avec présence de variants préoccupants), est également assez brève : Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Colombie, Costa Rica, Uruguay, Bolivie, Chili, Suriname, Turquie, Bahrein, Bengladesh, Népal, Pakistan, Inde et Sri Lanka. Toutes les autres nations apparaissent en orange.

 

Evolution des règles pour le transport aérien
Source : Service interministeriel de Défense et de Protection Civile
Depuis Saint-Barth vers l’Hexagone, toute personne de onze ans ou plus doit présenter :
• soit un justificatif de son statut vaccinal complet (le statut vaccinal sera complet pour le vaccin Janssen 28 jours après l’administration de la dose unique, 14 jours après l’administration de la seconde dose pour les autres vaccins (Moderna, Pfizer, Astra Zeneca), sauf pour les personnes déjà infectées au Covid-19, pour lesquelles le délai de 14 jours court après l’administration de la première dose.
• soit, à défaut de justificatif du statut vaccinal complet, présenter une déclaration sur l’honneur attestant qu’elle s’engage à respecter une période d’isolement de 7 jours après son arrivée sur le territoire métropolitain, et à réaliser au terme de cette période, un test PCR de moins de 72 h.
Depuis l’Hexagone vers Saint-Barth, les voyageurs doivent se munir :
• du résultat d’un examen de dépistage (test PCR de moins de 72h ou test antigénique de moins de 48h)
• d’un justificatif de son statut vaccinal complet et, à défaut de celui-ci, d’une déclaration sur l’honneur attestant l’engagement de respecter une période d’isolement de 7 jours à son arrivée sur Saint-Barthélemy et l’obligation de réaliser un test PCR au terme de cette période.
En cas de dégradation de la situation, le préfet est habilité à rétablir les motifs impérieux. L’évolution épidémiologique défavorable à Saint-Martin conduit ainsi à maintenir des motifs impérieux pour les personnes non vaccinées entre ce territoire d’une par et la Martinique et la Guadeloupe d’autre part.
Trafic inter-îles
Pour les voyageurs en provenance de Martinique ou de Guadeloupe, il est nécessaire de présenter le justificatif d’un statut vaccinal complet.
A défaut, ils doivent prouver le caractère impérieux de leur déplacement (motif de santé, professionnel ou familial) avec des justificatifs. Ils doivent également présenter une déclaration sur l’honneur attestant l’engagement de respecter une période d’isolement de 7 jours à son arrivée sur Saint-Barthélemy et réaliser un test PCR au terme de cette période.
Trafic avec un pays étranger
• Pour les déplacements avec un pays étranger orange, les motifs impérieux et l’obligation d’auto-isolement s’appliquent pour les personnes non vaccinées. Ces deux mesures ne s’appliquent pas aux personnes vaccinées.
• Pour les déplacements avec un pays étranger rouge, les motifs impérieux s’appliquent à tous les passagers et la quarantaine stricte et contrôlée s’applique aux seules personnes non vaccinées.

 

Journal de Saint-Barth N°1427 du 10/06/2021

A Corossol, le bras de fer vire à l'absurde
L'île s'ouvre aux touristes