©St Barth Fly Cam

Le port de Gustavia envahi pour le 31 décembre

S’il ne s’agit pas d’une année record, les chiffres peuvent toutefois s’avérer quelque peu étourdissants. En effet, le 31 décembre, la direction du port de Gustavia a comptabilisé 305 bateaux habités dans ses eaux. Une partie étant des navires qui disposent d’un contrat annuel, mais la majorité étaient de passage pour la festive.
Comme chaque année en cette période, les navires ont afflué à Saint-Barthélemy. Il va sans dire que parmi cette armada de fin d’année, les petits modèles n’étaient pas légion. De fait, la direction du port a noté l’entrée de 127 bateaux de plus de quarante mètres, dont sept de plus de 90 mètres. Les « mégas » yachts ont bien évidemment été de la partie avec notamment L’Eclipse (162 mètres), le Grand Bleu (113 m), le Christina (99,15 m), le Vava II (96 m), le Kismet (95,2 m) ou encore le Nero (90 m).
Entre le 20 et le 31 décembre, 344 clairances d’entrée ont été enregistrées, pour 4.002 personnes à bord. « Le 31, il y avait un eu plus de 5.000 personnes sur les bateaux au mouillage », précise la direction du port de Gustavia, qui ajoute : « Pratiquement toutes les personnes - équipages et passagers - qui sont arrivées sur ces bateaux de plaisance de passage étaient en possession de leur schéma vaccinal complet. »
Si les fêtes ont été nombreuses à terre, elles l’ont été tout autant sur les yachts ancrés dans le port, qui ont accueilli à leur bord les amateurs de « nocturnes » musicales et agitées. Pour autant, aucun incident n’a été signalé, assure la direction du port. Depuis, quelques navires ont pris le large mais beaucoup sont encore présents à Gustavia.  
Parallèlement, la direction a été contrainte de refuser l’entrée à plusieurs navires de croisière lors de cette période. Essentiellement en raison du respect des mesures sanitaires, puisque des passagers ou des membres d’équipage étaient signalés comme étant atteints par le Covid-19. Le Seabourn, le Splendor et le Riviera, notamment, ont ainsi dû poursuivre leur croisière sans que leurs passagers n’aient eu l’occasion de débarquer à Saint-Barthélemy. Partie remise, à n’en pas douter. «Cela montre que tout le monde a su respecter le protocole sanitaire mis en place, commente le directeur du port, Ernest Brin. Les contrôles ont été bien faits et on a analysé chaque situation avant de prendre une décision.»
Reste désormais à savoir de quoi seront faites les prochaines semaines suite à la décision du gouvernement d’instaurer - encore une fois - l’état d’urgence sanitaire en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy.

Journal de Saint-Barth N°1454 du 06/01/2022

Le retour du Couvre-feu
38e édition du Festival de musique /