La “festive” démarre !

Les yachts arrivent les uns après les autres dans nos eaux, le ballet des avions s’intensifie, les hôtels ouverts seront bientôt pleins, les villas occupées, et il n’y a plus une voiture à louer. La haute saison est de retour. 

 

Les indicateurs sont au vert : la “festive” sera digne de ce nom à Saint-Barth. Sans toutefois atteindre le niveau d’avant Irma, l’île est pleine à craquer. « A part le Guanahani et l’Eden Rock qui n’ouvrent pas, les hôtels sont pleins et les villas sont à 100% », assure la directrice du Comité territorial du tourisme, Marie-Laure Belzic. « C’est plutôt positif ! » La tournée des professionnels l’atteste.

L’aéroport presque comme en 2016

Les chiffres de l’aéroport sont à prendre avec des pincettes, puisqu’ils sont comparés avec ceux de 2017, année blanche pour le tourisme à partir du mois de septembre. Comparé à la période pré-ouragan, le trafic n’a pas encore retrouvé son rythme : « Le niveau d’activité de janvier à août 2018 correspond à 71% de l’activité de 2017 au cours de la même période », informe Fabrice Danet, directeur de l’aéroport. « Les mois de septembre, octobre et novembre 2018 retrouvent un niveau équivalent à 97% de l’activité de la saison 2016 », poursuit-il. A quelques points près, l’hiver 2018 devrait voir le retour à la normale du tourisme. Les données de décembre devront encore le confirmer, mais « ce premier bilan atteste de la reprise appréciable de la fréquentation en ce début de haute saison. »

 

Les propriétaires de yachts arrivent

Une douzaine de yachts attendent leurs propriétaires, qui doivent arriver à partir d’aujourd’hui et jusqu’à ce week-end pour prendre possession de leurs palaces flottants. « La saison devrait être meilleure qu’en 2017, par rapport aux demandes que l’on reçoit, mais on restera en dessous de 2015/2016 », indique Ernest Brin, directeur du port. Le port de commerce accueillera les yachts du 29 décembre au 1er janvier. Ernest Brin en profite pour livrer les derniers chiffres du port de plaisance : au 15 décembre 2018, il dénombre 3.024 entrées pour 18.394 personnes. En 2017, sur le total de l’année, 5.402 entrées ont été enregistrées, pour 36 .711 personnes. Plus en profondeur, deux tendances sont à noter : les séjours des gros bateaux raccourcissent peu à peu. Et depuis 2016, les grosses unités (bateaux de plus de 100 mètres, ou de 75 à 100 mètres) sont de moins en moins nombreuses. Par ailleurs, la houle dans le port de Gustavia a contraint un yacht à repartir pour quelques réparations, et ce jeudi, au vu des prévisions, les équipages craignaient de devoir évacuer la rade pour sécuriser leurs navires.

 

Les loueurs de voitures n’ont pas assez de voitures

« On s’attend à une très belle saison, on est tous complets dès le 25 ou 26 décembre », indique Arnaud Grandclerc, président de l’association des loueurs de voiture de Saint-Barthélemy. « Les plannings s’annoncent excellents, on n’aura pas assez de voitures pour répondre à la demande. » Les sociétés ont anticipé en commandant des véhicules neufs, mais le service immatriculation étant en cours de déménagement de Gustavia à Lorient, fermé jusqu’à fin décembre. Impossible donc de mettre les voitures en circulation. « Les carnets de réservation atteignent des niveaux qu’on n’avait pas vus depuis longtemps. » Avec TopLoc, la société qu’il dirige, Arnaud Grandclerc loue également un catamaran pour des sorties en mer avec skipper : « Il faut remonter à six ou sept ans en arrière pour retrouver un tel taux de réservations… Tous les voyants sont au vert ! »

 

Les villas opérationnelles à 95%

Côté villas de location aussi, « ça s’annonce bien », pour Pascale Minarro-Baudouin, présidente de l’association des agences immobilières de Saint-Barthélemy. « 95% du parc est opérationnel, c’est ce qu’on avait prévu. Il reste quelques villas disponibles pour le 31, mais ça se remplit peu à peu. Les propriétaires jouent le jeu et acceptent de baisser le nombre de nuitées. » Car comme pour la plaisance, les touristes demandent des séjours un peu moins longs. « De quatorze nuits, ça se réduit à douze ou dix nuits. Mais nous sommes très positifs sur cette saison. »

 

Hôtels complets pour Noël et le jour de l’an

« Les marqueurs sont tous au vert ! » résume Anne Dentel, présidente de l’association des hôteliers et loueurs de villas de Saint-Barthélemy. « Il reste quelques disponibilités pour Noël dans les établissements de l’île, mais elles sont minimes à partir du 26-28 décembre, où la demande est très forte », assure-t-elle, non sans rappeler que quatre hôtels demeurent fermés cette saison : l’Eden Rock, le Guanahani, le Carl Gustaf et la partie ex-Taïwana du Cheval Blanc Isle de France, qui a rouvert une quarantaine de chambres début décembre.



JSB 1308

Journal de Saint-Barth N°1308 du 20/12/2018

La haute saison débute
Sportifs à l'honneur

Taux de change

Drapeau USA 1.114 USD Drapeau Russie 71.307 RUB
Drapeau Canada 1.464 CAD Drapeau Brésil 4.636 BRL