©regate.com.hr -eurilca

Voile. Lorenzo Mayer parmi les meilleurs

Depuis janvier, Lorenzo Mayer, licencié au SBYC, n’a pas chômé. Entre les entraînements de voile, les préparations physique et cardio et les différents stages à travers la France, il a réussi à intégrer la délégation française de voile en radial pour les championnats d’Europe en Croatie et du monde en Italie qui se déroulent cet été. Il va aussi entrer au pôle espoir en Laser Standard la prochaine saison.

 

Après un stage avec le groupe des moins de 19 ans à Marseille fin février et plusieurs entraînements encadrés à La Rochelle, puis un autre stage d’observation et une régate à Quiberon (Morbihan) en avril, Lorenzo Mayer, 16 ans, a été sélectionné parmi les meilleurs français pour les championnats d’Europe en Croatie avec six autres jeunes. « C’était vraiment chaud, se rappelle l’adolescent. Selon les entraîneurs, je n’avais pas de quoi m’inquiéter de par ma technique et mon classement à la régate (4e). »  

Championnat d’Europe Laser en Croatie
Arrivé à Kastela, Croatie, avec une partie de la délégation française des U19 quelques jours avant le début du Championnat d’Europe, Lorenzo Mayer ainsi que ses compatriotes ont eu le temps de préparer leur matériel, découvrir le site et effectuer quelques ronds dans l’eau. «J’ai récupéré rapidement les sensations grâce aux nombreuses heures passées sur l’eau en entraînement », détaille Lorenzo. Toutes les subtilités du relief se sont révélées suite à une randonnée sur les hauteurs du plan d’eau. « La vue était assez surprenante avec le relief autour de la marina. L’eau était vert turquoise avec une température de 30 degrés et une température extérieure de 45 degrés. C’est important car quand l’air est chaud, l’appuie est moins lourd dans la voile. Le type de vent à cette période est le thermique, explique Lorenzo. En gros, l'air chaud est léger, peu dense, l'air froid est lourd et dense. »
Lancé dans les explications, il développe : « Pour mieux comprendre, le thermique se crée avec des nuages verticaux venant de l’Est puis arrive au-dessus de l’eau il monte en altitude et repart vers l’Est puis cela continue en boucle et grâce à ça le thermique peut s’établir sur la côte venant toujours de l’ouest. »
Après quelques jours d’entraînement et d’analyse du plan d’eau, le Championnat d’Europe commence avec le passage obligatoire à la jauge de la voile, les vérifications du Laser et gréement, sans oublier la traditionnelle cérémonie d’ouverture où toutes les délégations se sont retrouvées, à terre.
« La veille de la régate, je me sentais très bien, sans stress, en confiance. Le Championnat se déroulait sur deux zones de course (intérieur et extérieur de la baie) avec au programme deux manches par jour, 3 jours de qualification puis 3 jours de final, » précise Lorenzo.
Les trois premiers jours, malgré les nombreuses heures passées sur l’eau, aucune manche n’a pu être validée. Il a fallu attendre les manches du quatrième jour pour voir un début de classement. « Il fallait tenir mentalement. Les manches se courraient à l’intérieur de la baie. Je termine la journée à la 84e place sur les 217 participants d’une trentaine de pays. Un peu déçu mais à fond pour remonter », relate Lorenzo. Les cinquième et sixième (et dernier) jours des qualifications, Lorenzo court les trois manches dans du clapot et du vent. Il finit 27e, 7e et 21e des manches qui le font remonter à la 67e au général, lui permettant ainsi d’accéder au rond d’or. Il atteint ainsi son premier objectif.  
Les manches de la finale se font en zone extérieure avec des conditions musclées sur la dernière course. 25 noeuds et 2 mètres de creux. « Je prends une mauvaise option lors de la première manche et je me retrouve dans les derniers. Je remonte quelques places pour finir 54e. Puis au départ de la deuxième manche je me fais siffler par le jury, alors que je n’avais rien fait mais comme j’étais dans un paquet de bateaux ils ont pris au pif. Pas de chance. J’effectue ma pénalité et je remonte mais cela reste compliqué car le niveau est vraiment élevé. Et sur la dernière et troisième manche, je dessale au départ. Je tente tout de même un coup et je rattrape à la bouée au vent je continue à gratter des places pour finir 20e. » C’est avec une place de 58e au général que Lorenzo finit ce Championnat d’Europe.
Pour Cindy Brin, monitrice au SBYC qui continue à suivre son évolution, « le niveau était très élevé, et il n’y a eu que jours de course sur les cinq prévues, cela a pénalisé Lorenzo. Mais c’est un très bon entraînement pour le mondial qui va suivre. »

Après avoir dressé le bilan de ce championnat, Lorenzo Mayer a pris la direction de La Rochelle pour participer ce week-end aux internationaux de France (14 au 20 juillet). Suivront les Championnats du monde des moins de 19 ans en Italie (21 juillet - 1er août) sans oublier le Championnat de France fin août à Martigues.

 

Journal de Saint-Barth N°1432 du 15/07/2021

Les travaux de cet été
Passe sanitaire et vaccination, ce qui faut savoir