La paire Grégory Avignon et Florian Piquet défendra les îles du Nord aux championnats de France.

Florian Piquet et Grégory Avignon, défendront les îles du Nord aux championnats de France

Cette année, Florian Piquet et Grégory Avignon, une doublette issue de Saint-Barth, défendront les îles du Nord aux championnats de France.

Ce samedi soir, et jusque tard dans la nuit, de déroulaient les qualifications aux championnats de France de pétanque au boulodrome de Saint-Jean. Près de 25 doublettes engagées, dont 17 issues de Saint-Barth (les autres venant de Saint-Martin), avec pour ambition de représenter les deux îles les 28 et 29 août à Quimper. Une chance pour tout compétiteur d’inscrire son nom aux côtés de ceux de véritables références de la discipline. Cette année, entre les Suchaud, Rocher et Le Boursicaud, apparaîtra une doublette issue de Saint-Barth Florian Piquet et Grégory Avignon qui défendront les îles du Nord.

Pour commencer, félicitations messieurs pour votre qualification. Qu’est-ce que ça fait de savoir que l’on est la tête de gondole des îles du Nord dans un championnat de France ?
Grégory Avignon : Une fierté immense ! Ce n’est pas quelque chose d’anodin tout de même de représenter deux îles dans une compétition aussi importante.
Florian Piquet : C’est déjà un événement qui restera gravé pour ma part. Lorsque l’on relativise, disons que c’est peut-être plus simple pour nous, aux Antilles, de se qualifier car il y a aussi des places octroyées à la Guadeloupe et à la Martinique. En métropole il aurait fallu passer par des tournois locaux, puis départementaux...

Un parcours aéré pour se qualifier mais était-ce pour autant simple ? Comment jugeriez-vous votre tournoi ?
F.P : Pas du tout ! On remporte six parties sur six, certes, mais on a connu deux trois parties tendues. Je pense notamment à notre demi-finale face à la doublette David Genin/ Jean-Michel Laudoux (Saint-Martin). On gagne 8-3, on se fait accrocher et ils mènent 11-12, on finit par se hisser en finale (13-12).... C’était chaud ! Mais on a su garder la tête froide, jouer relâcher même si il y a un peu de pression. On ne parle pas d’une partie entre amis, on joue une qualification pour les championnats de France quand même !
G.A : C’est clair, cette demi-finale... le match en huitièmes également qui n’était pas simple (ils échangent un regarde complice), et puis la finale évidement. Comme le dit Flo, il y a un peu de pression, on a eu un petit passage à vide pendant le match précédent mais on a su se mettre à l’endroit. On est à 13 points d’aller à Quimper, face à Guillaume Daviaud et Julien Belloni (Saint-Martin également), à ce moment tu te dis que ce serait trop bête d’échouer. Et on a réussi à puiser dans nos ressources, utiliser les conseils que l’on a pu obtenir auprès de monsieur Suchaud et Bruno le Boursicaud lorsqu’ils sont venus ici. Tout cela nous a permis de faire une belle partie (remportée 13-8) et de pouvoir savourer notre qualification.

Quelle est la suite maintenant ? Quimper c’est loin, en distance et dans le temps. Une préparation de prévue ? Des objectifs particuliers ?
G.A :: On sait que avant cet été on devrait participer à un tournoi rassemblant des équipes issues de Guadeloupe, Martinique, îles du Nord... dans quel contexte, on ne sait pas, mais il s’agirait vraisemblablement d’une compétition de préparation aux championnats de France. En ce qui concerne ces derniers, l’objectif c’est de quitter les poules déjà, ce serait une belle chose.
F.P : On va débarquer dans une compétition rassemblant des pointures de la discipline, on se doit d’y aller avec des ambitions mesurées. C’est vrai, sortir de poules serait déjà une immense fierté et une belle façon d’honorer les gens qui nous ont fait confiance. Je pense au club, mais aussi aux supporters qui sont restés jusqu’à 4h30 du matin ce week-end pour nous encourager ! Une manière aussi de témoigner notre grand respect au club Cariboule de Saint-Martin, dont les membres sont adorables.

 

 

Journal de Saint-Barth N°1417 du 01/04/2021

Festival du Livre & Jazz
Le vaccin bientôt ouvert à tous
Le secret des sols de St Jean