Les Barracudas prêts pour le championnat

La saison de rugby 2019/2020 commence ce samedi 9 novembre avec les premières rencontres du championnat de Guadeloupe. L’occasion d’aller à la rencontre de l’un des plus anciens clubs sportifs de l’île. Premier match le 23 novembre contre le Bruc, aux Abymes.

 

Le championnat de Guadeloupe de rugby démarre ce samedi 9 novembre. Le club de Saint-Barth remet son titre en jeu. Avant son premier match, le 23 novembre, présentation de ce club pilier de la vie sportive de l’île. 

Fondé en 1986 par deux pionniers du rugby, Gonzague Delvas et Dominique De Bénédictis, pour ne citer que les principaux fondateurs, le rugby club de Saint-Barthélemy, les Barracudas, a vécu des années fastes et d'autres moins bonnes. Mais grâce à leur pugnacité, le club réussit à faire parler de lui dans toute la Caraïbe.

Aujourd’hui avec 135 membres et licenciés, le rugby club regroupe une équipe senior, les Barracudas, avec à son actif neuf titres de champion de Guadeloupe et trois de champion Antilles-Guyane ; une équipe féminine, les Rascasses ; les équipes U10 à U16 de l’école de rugby et une équipe de vétérans, les Poissons Clowns.

Au sein du championnat de Guadeloupe, six équipes seniors s’affrontent chaque année de novembre à avril. Quatre de Guadeloupe (le Bruc des Abymes, le Good Luck de Gosier, le RCSF de Saint-François et Goyave), une équipe de Saint-Martin (les Archiball) et l’équipe locale des Barracudas, tenante du titre. Dix matchs seront joués par chaque équipe avant les demi-finales et finales. Le premier recevant le quatrième et le deuxième affrontant le troisième, en demi-finales. C’est ce samedi 9 novembre que débute le championnat, avec deux matchs : Goyave contre le Bruc et Good Luck contre le RCSF. Le match opposant les Barras aux Archiball est reporté au 21 décembre, ils disputeront donc leur première rencontre le 23 novembre contre le Bruc, aux Abymes.

Outre le championnat de Guadeloupe, les Barracudas participent également au tournoi Antilles-Guyane. Cette compétition regroupe les champions en titre de Guadeloupe, Martinique et Guyane. L’équipe tenante du titre reçoit l’évènement en avril, lors du long week-end de Pâques. En avril 2020 ce sera donc l’US Robert de Martinique, vainqueur à Saint-Barthélemy du TAG 2019, qui organisera ce tournoi pour lequel en tant que champions de Guadeloupe les Barracudas feront le déplacement.

 

L’équipe encadrante des Barras est composée par six bénévoles. Anciens joueurs, Laurent Frances, Fabien Maurel et Sébastien Plasse occupent respectivement les postes de directeur sportif, entraîneur des avants et préparateur physique. Baptiste Malval entraîne les arrières, tout en continuant de jouer. Frédéric Bischoff est assistant entraîneur et Olivier Ribera coordonne les déplacements.

Depuis la reprise de septembre, l’équipe a vu grandir ses rangs. Six joueurs, dont plusieurs ont plus de 25 ans de pratique du ballon ovale, comme le demi de mêlée Damien Fernon ou son compatriote le pilier Clément Couchot.

 

La composition de l’équipe varie d’un match à l’autre, la sélection des vingt-deux joueurs se faisant avant chaque rencontre. « Nous ne sommes pas des pros, et de ce fait la disponibilité des joueurs n’est pas régulière. Nous devons par conséquent jongler » précise Laurent Frances. Certains joueurs viennent de Toulouse, d’autre de Bayonne, ou de Clermont où l’on retrouve les plus fervent défenseurs du ballon ovale. Mais pour tous, le rugby est un jeu d’équipe. «Jouer au rugby, c’est le respect de soi-même et donc par déclinaison le respect de tes camarades » souligne Dylan Pierre, deuxième ligne. « Et cela se ressent jusqu’aux gradins. »

 

A l’international

Cette année le Comité de Guadeloupe a intégré cinq joueurs des Barracudas, Paul Bessières (demi de mêlée et capitaine), François Carbonel (demi d'ouverture), Mickaël Darcourt (centre), Alexandre Dagorn (ailier), Dylan Pierre (3e ligne), au sein de la sélection de Guadeloupe. Avec quatre joueurs des Archiball, quatre des Good Luck, sept du Bruc, un du RCSF et un de Bastruc's également sélectionnés, l’équipe ainsi constituée a participé au Rugby Americas North (RAN), le championnat d’Amérique du Nord de rugby en septembre. « Après trois victoires sur quatre matchs, la sélection s’est retrouvée en finale, un fait historique, (…) face à une grosse équipe des Bermudes qui avait fait venir des joueurs pros, qui évoluent au Pays de Galles ou en Angleterre », raconte Jérôme Dubernet, sélectionneur pour le Comité de Guadeloupe de rugby, à nos confrères du Pélican.

_____________________________________

Nouvelle saison, nouvelles règles

La Fédération française de rugby a défini pour cette saison de nouvelles règles de plaquage dans les compétitions amateurs françaises. Elles visent à réduire les risques liés à la pratique du rugby. Dorénavant les jeunes comme les adultes ont l’obligation de plaquer sous le nombril, et le plaquage à deux est proscrit. Paul Bessières, demi de mêlée, et capitaine de la sélection de Guadeloupe réagit à ce nouveau dispositif. « Cette nouvelle règle est un véritable casse-tête pour tous les joueurs et entraîneurs aguerris. Cela génère beaucoup de frustration. C’est un peu comme si on enlevait une corde à notre arc. Au rugby, la défense est très technique et l’ancienne règle donnait plus de possibilités aux défenseurs, notamment dans les situations de sous-nombre défensif, car nous pouvions bloquer le haut du corps et par la même occasion le ballon. D’un autre côté, on nous apprend à l’école de rugby à plaquer aux jambes dès le plus jeune âge. On pourrait se dire que cela devrait être un acquis et que c’est une bonne chose, puisque cela devrait favoriser le jeu de mouvement car les bras seront libres et disponibles. Cependant les retours de métropole, où la saison a repris plus tôt, ne sont pour le moment pas terribles. Il semblerait que cela génère beaucoup de pénalités et des matchs hachés. Le temps d’adaptation risque d’être compliqué. Vivement le premier match de championnat, car il y aura aussi le facteur application de la règle par l’arbitre. »

_________________________________________ 

Elles ne font pas de bruit, mais elles sont là… !

Depuis trois ans Saint-Barthélemy compte une équipe féminine de rugby, les Rascasses. Elles sont une quinzaine et s’entraînent chaque vendredi, chapeautées par Fabien et Paul, joueurs des Barracudas ainsi que Denis, joueur des Poissons Clowns. Le jeu féminin est différent. Elles sont sept sur le terrain avec « plus de chance d’éviter un plaquage» précise Michèle, crampons aux pieds, prête pour l’entraînement. Elles ont par conséquent plus de terrain à parcourir, en deux fois sept minutes de jeu. Après l’entraînement intense, Isabelle, sourire aux lèvres, s’exclame « c’est grisant, tu vas à la guerre avec ton équipe!»

Pour cette troisième saison, le nombre de rencontres des Rascasses augmente. « Le niveau monte, et l’arrivée de nouvelles recrues aguerries est un atout », tient à préciser Florence. Ainsi cette année, les Rascasses avec les Archigirls intègreront le championnat de Guadeloupe avec une équipe commune “Entente Îles du Nord”. Elles joueront contre les Good Luck, Saint-François et le Bruc. En plus de ce championnat, les rugbywomen joueront à domicile en mars à l’occasion du tournoi Gigi Piquet, mais aussi au TAG en Martinique. La saison se terminera avec le tournoi Monique Ribault de Guadeloupe, au mois de mai.

 _____________________________

Poissons Clowns, le plaisir du jeu

Créée depuis deux ans avec une moyenne d’âge de 45 ans, l’équipe des vétérans, les Poissons Clowns, comprend 25 anciens Barras mais également des amoureux du ballon ovale. Pas de contact, pas de placage. « C’est le plaisir du jeu, du fair-play et de l’amitié sportive, celle-là même qui naît de la pratique du rugby », explique un joueur Frédéric Bischoff.

En plus des déplacements à Saint-Martin pour rencontrer leur homologues, les vétérans participent au Tournoi Antilles Guyane le week-end de Pâques.

____________

5 à 77 ans

Les Barracudas, c’est également une école de rugby avec cette année cinquante-et-un enfants de 5 ans 16 ans encadrés par dix entraîneurs bénévoles. Afin de pallier au manque d’effectifs de certaines catégories, des équipes communes Archiball / Barracudas sont composées. Chaque année, les jeunes font un déplacement au moins une fois en Guadeloupe et trois fois à Saint-Martin. « Cela motive les jeunes, mais cela varie en fonction du budget et de l’intérêt du tournoi » souligne Florence Bischoff, vice-présidente de l’association. Mis à part les rencontres amicales, les U10 recevront leurs homologues de Saint-Martin, Guadeloupe et Martinique le 4 avril 2020 pour le Tournoi Castello Breno. Quant aux U16, c’est une équipe Îles du Nord (Archiball + Barracudas) qui se présente au championnat de Guadeloupe. Le prochain déplacement de l’école de rugby se fera mi-novembre pour une rencontre avec l’Union, à Saint-Martin.

________________

Association active

Participer au championnat de Guadeloupe nécessite cinq déplacements, à Saint-Martin, en Guadeloupe ainsi qu’en Martinique, sans oublier le déplacement pour le TAG. L’équipe encadrante et le bureau de l’association ont fort à faire pour coordonner tous ces voyages dont le budget est conséquent. Chaque déplacement de l’équipe senior comprend 25 personnes (15 joueurs, 7 remplaçants, trois entraîneurs). Tous les frais de transport sont assumés par l’association. Seul l’hébergement reste à la charge des joueurs adultes, les enfants étant logés en famille d’accueil. Afin de compléter la subvention annuelle de la Collectivité de 25.000 euros, l’association organise régulièrement des événements ouverts à tous, comme son grand loto prévu le 1er février, la vente d’huîtres sur le marché de Noël ou encore la tenue des bars au stade et sur les quais lors d’événements festifs.


> Pour suivre les Barras rendez-vous sur la page Facebook de l’association









Journal de Saint-Barth N°1349 du 07/11/2019

Haut lieu de la gastronomie
Un plan contre le manque d'eau
Planche à voile

Taux de change

Drapeau USA 1.108 USD Drapeau Russie 70.463 RUB
Drapeau Canada 1.467 CAD Drapeau Brésil 4.589 BRL