Anthony Maxor aura été décisif pour son équipe, à l’image de son égalisation sur corner (1-1).

Football : Fin de championnat torride en perspective

Samedi, en raison du report du match des Diables Rouges vs l’ASPSB, seul la rencontre entre Arawak (2e avec 10 points) et FWI (3e avec 9 points) se déroulait à 20 heures à St Jean.

C’est une rencontre plus que décisive que s’apprêtent à voir la cinquantaine de supporters venus au stade de Saint-Jean ce samedi soir. Après s’être séparés sur le score de 1-1 au match aller, Arawak et FWI croisent à nouveau le fer. Défaite à éviter pour les deux équipes sous peine de ne plus avoir son destin entre les mains. Dans un contexte toujours particulier du fait de l’accès prohibé aux vestiaires, utilisés dans le cadre du vaccinodrome, les premières minutes annoncent la couleur. C’est un match de haute intensité auquel le public va assister. Dos au mur bien que invaincus (2 victoires pour 3 matchs nuls), FWI se charge de mettre la pression sur la ligne défensive adverse en alignant deux attaquants en pointe. Nicolas Rossi, monstrueux lors de cette première période est en concurrence avec son homologue Jérôme Rio qui s’acharne à briser les contres menés par Arawak. La partie est animée et équilibrée mais c’est sur un exploit personnel que les derniers champions ouvrent le score. Sur un long ballon, Melvin Lassus dispute le ballon à Kevin Capet au milieu de terrain, se débarrasse de ce dernier et fonce vers le but adverse pour décrocher une frappe sèche du pied gauche qui trompe le portier adverse (1-0, 38e). FWI ne se laisse pas abattre et repart vers l’avant, seulement les bleus se font prendre en contre et c’est encore Jérôme Rio qui sauve les siens en sortant à la rencontre de Jean Cattiaux. Ce dernier se rend malheureusement coupable d’une faute sur le gardien et obtient un deuxième jaune pas forcément mérité qui réduit les hommes de Paul Janvier à 10, il va rester une mi-temps entière à jouer.

Une seconde période rude et intense
Une seconde période qui démarre à l’image de la première bien entendu. Rude, intense et sulfureuse. Bien regroupés, les vert et blanc laissent peu d’espaces à leurs adversaires. Ceux-ci se donnent alors les moyens d’égaliser sur un énième coup de pied arrêté. Bien frappé par le capitaine Julien Martin, le corner est repris au premier poteau par Anthony Maxor d’un superbe coup de tête (1-1, 55e). Ce but est peut-être le début de la fin pour Arawak, en infériorité numérique, et qui n’a pas proposé grand-chose depuis le début de cette seconde période. Cependant, cette équipe est habituée à ne pas se laisser faire dans ce genre de situation... lors des demi-finale et finale de la coupe, ils avaient à chaque fois fini en infériorité numérique, pour le résultat connu de tous. Ainsi Melvin Lassus se charge de rappeler que ce n’est pas le moment de faiblir, mais de se battre. Parti à la limite du hors-jeu, le numéro 9 s’enfuit côté gauche et montre que son premier but n’avait rien d’impressionnant. Dans un angle encore plus fermé, il allume un nouveau pétard de son pied faible qui vient lécher le poteau et rentrer dans le but d’un Jérôme Rio béat (2-1, 58e). Le coup est rude pour FWI qui pensait avoir fait le plus dur. Désormais la mission semble simple, marquer face à une équipe qui va défendre ce but d’avance ardemment et qui peut piquer quand elle le souhaite par le biais de son attaquant fétiche.

Une fin de match sulfureuse
La fin de match est houleuse. FWI pousse et profite de la fraîcheur de Robin Leicher qui retrouve son entente avec son acolyte Anthony Maxor devant. Le premier imite d’ailleurs son collègue sur corner après une action confuse et égalise (2-2, 74e) pour lancer son équipe vers un succès espéré mais loin d’être acquis. Les esprits s’échauffent sur le banc comme sur le terrain et l’arbitre du match doit s’employer pour garder le match en main. Ainsi deux autres joueurs de Arawak (dont l’un sur le banc) sont exclus et les deux coaches sont rappelés à l’ordre. Alors que l’on joue les cinq dernières minutes du temps réglementaire, le latéral gauche de Arawak s’envole sur son aile et tente une frappe de l’entrée de la surface. Les voix s’élèvent pour réclamer une main dans la surface mais l’arbitre ne bronche pas et FWI part en contre par l’intermédiaire de Julien Martin qui transmet à Robin Leicher côté droit. Le solide jeune homme fonce et adresse une merveille de centre à ras de terre à Anthony Maxor qui conclut du plat du pied, laissant exploser la joie de tout son banc et des supporters... Une action scandaleuse pour certains, mais l’arbitre valide le but et FWI s’impose 3-2 à la 88e minute. Les bleus passent deuxième au classement, un point derrière Gustavia qui affronte Arawak le week-end prochain, avant de défier FWI lors de la dernière journée. Chacune de ces trois équipes peut encore remporter le titre... ces deux dernières journées s’annoncent haletantes.

Journal de Saint-Barth N°1424 du 20/05/2021

Levée du motifs impérieux
Vaccinodrome ouvre
Transat en Double