CrossFit : dix athlètes de Saint-Barth au Caribbean Throwdown

Dix adeptes du CrossFit se sont rendus en Guadeloupe le week-end dernier pour participer à la troisième édition du Caribbean Throwdown. Sam Chevreul est monté sur la première marche du podium de sa catégorie.


Samedi 7 et dimanche 8 mars, dix sportifs de Saint-Barth ont participé à la troisième édition du Caribbean Throwdown en Guadeloupe, une grande compétition de CrossFit. Ils ont affrontés des sportifs venus des Antilles mais également de l’Hexagone, d’Italie et du Canada. Répartis en différentes catégories selon les âges et le physique (Elite, RX, Intermédiaire, Scaled, Master et Team), ils ont enchaînés les épreuves pendant deux jours. Vingtième Français de cette discipline très exigeante, Sam Chevreul s’est imposé face à une vingtaine de concurrents dans sa catégorie Master hommes.
Le CrossFit, discipline sportive née aux Etats-Unis il y a un peu plus de 10 ans, attire de plus en plus d’adeptes. Passionné, Sam Chevreul, propriétaire de la salle de sport Form Fitness, y a ouvert il y a trois ans une “Box” de CrossFit. « C’est une combinaison de plusieurs disciplines : l’haltérophilie, la gym, le cardio et plein d’autres sports. Comme la course ou la natation, le CrossFit permet de garder la forme quel que soit son niveau », explique l’athlète. Les exercices sont adaptés à la corpulence et à la morphologie de chacun. Les mouvements sont décomposés et répétés pour un bénéfice maximum. « Avant, il était conseillé de limiter l’amplitude du mouvement du squat, “par sécurité” », décrit Sam Chevreul. «Maintenant, on se rapproche beaucoup plus d’un mouvement en amplitude complète, qui a long terme est plus bénéfique. » Il peut être pratiqué par tous, enfants comme seniors. Soulever des poids, ramasser, reposer, sauter, enjamber, monter ou descendre des marches… Autant de mouvements fonctionnels que l’on retrouve dans une séance de CrossFit.



Journal de Saint-Barth N°1366 du 12/03/2020

Bilan de mi-mandat
Covid-19, la précaution demeure
Dominique Rousserie au musée