Ce vendredi 20 août, entre 18 et 19 heures à Saint-Jean, près de 130 personnes ont manifesté leur soutien aux sapeurs-pompiers du centre de secours de Saint-Jean qui refusent de se soumettre à l'obligation vaccinale.

Une manifestation de soutien pour les pompiers opposés à l'obligation vaccinale

Une manifestation citoyenne a rassemblé près de 130 personnes, entre 18 et 19 heures, ce vendredi soir à Saint-Jean. Elle a été organisée afin de soutenir les sapeurs-pompiers du centre de secours qui ne souhaitent pas se soumettre à l’obligation vaccinale contre le Covid-19 imposée par le gouvernement. Elle a également été l’occasion pour les participants d’exprimer leur rejet du « passe sanitaire » et leur opposition farouche à l’obligation vaccinale. "On est là pour dire non à cette nouvelle discrimination", affirme avec conviction Alexandra. "Et aussi pour défendre notre liberté, ajoute Fred. Aujourd'hui ce sont les pompiers et les soignants mais demain ce seront les écoles puis tout le monde."
Après s’être réunis sur le parking de Saint-Jean, les manifestants entament une courte marche, en musique et en chanson, jusqu’au centre de secours. « Non à l’obligation vaccinale », « 2020 applaudissements, 2021 licenciements? », « On se bat pour nos libertés », tels sont les slogans inscrits sur des panneaux de fortune que des marcheurs brandissent au-dessus de leur tête. Le cortège investit ensuite l’entrée de la cour arrière de la caserne avant de faire silence et de laisser la parole à un pompier.
Face à ses supérieurs hiérarchiques, celui-ci se saisit du micro tendu par un manifestant et lit un manifeste signé par l’ensemble de ses collègues réfractaires à la vaccination obligatoire. « Il ne peut y avoir de discrimination entre vaccinés et non vaccinés puisqu’il est reconnu publiquement que les vaccinés sont autant contaminants que les non vaccinés, déclare-t-il. Le vaccin reste en phase d’autorisation conditionnelle. Il n’est pas homologué, donc pas légal. La liste des effets secondaires ne sont pas encore finalisés. Nous ne sommes pas contre les vaccins mais vous nous demandez de nous faire vacciner sans connaître les conséquences. Seriez-vous d’accord pour aller au feu sans protection ? Nous, non. » Une intervention qui s’achève sous une salve d’applaudissements.
Pour mémoire, une lourde menace plane au-dessus des têtes des sapeurs-pompiers, des professionnels de santé ainsi que de l’ensemble des employés des établissements de soin. En effet, dès le 15 septembre, ils devront justifier d’une vaccination complète sous peine de ne plus pouvoir exercer leur activité.
Le collectif « Santé SBH » s’est également joint à la manifestation de soutien aux sapeurs-pompiers de Saint-Barth. Créé le 9 août, soit quelques jours après l’annonce gouvernementale des futures mesures coercitives envers certaines catégories socio-professionnelles, il rassemble plus de soixante professionnels de santé de l’île. « Des personnes vaccinées et non vaccinées, assure une praticienne engagée dans le mouvement. On est là pour soutenir les pompiers mais aussi pour défendre la liberté vaccinale. On ne peut pas nous imposer ce vaccin. On veut être libre de choisir. »
Une autre membre du collectif explique : « Je constate qu’après avoir respecté toutes les règles suite à la réouverture de mon cabinet, aucun de nos collaborateurs n’a eu le Covid. Ma croyance personnelle est que l’application des gestes barrière permet de réduire l’épidémie. On vivra avec ce virus pendant des années et je ne cèderai pas au chantage. Si je dois suspendre mon activité, je le ferai. »
Peu après 19 heures, les participants ont quitté l’enceinte du centre de secours. Toujours en musique, satisfaits d’avoir pu mobiliser autant de personnes afin de soutenir les pompiers réfractaires à la vaccination.