L’an prochain Claudette Gréaux et sa fille Carole fêteront les trente ans de la boutique Le Royaume des Enfants, rue des Dinzey. Un magasin à l’ancienne où jeux et jouets jonchent le sol et les murs, laissant à peine la place aux clients pour circuler. 

« Les enfants veulent ce qu’ils voient à la télé »

Quels seront les têtes de liste sur les lettres au Père Noël ? Facile, selon Claudette Gréaux du Royaume des Enfants, qui vend des jouets depuis 1976 : « Ils veulent ce qu’ils voient à la télévision ! »

 

«Je demande à mes fournisseurs les nouveautés, et les articles qui passent à la télévision », résume Claudette Gréaux, patronne du Royaume des Enfants, encerclée de centaines de boîtes multicolores et de rouleaux de papier cadeau. Depuis le début du mois de novembre les clients viennent en préparation du 25 décembre, un peu plus tôt que d’habitude «car ils ont peur du reconfinement ». La petite boutique grouille de monde, et sur le perron sa fille Carole enchaîne les emballages de cadeaux.

Les trois mois de confinement du printemps auront moins pesé sur le Royaume des Enfants que les trois mois de travaux qui s’achèvent juste, dans la rue des Dinzey. «Pendant le confinement, les gens m’appelaient pour commander des choses qu’ils venaient chercher. On a vendu beaucoup de jeux de sociétés, de puzzle, et des jeux de fléchettes aux saisonniers, par exemple. Les travaux ont été plus gênants, il fallait marcher sur des planches pour accéder à la boutique...»

Alors, que demandent les petits au Père Noël en 2020 ? « Ce qu’ils voient à la télé », c’est à dire les grosses franchises comme Harry Potter, la Reine des Neiges, les Pokémon… « Ils sortent tous des nouveautés tout le temps », explique Claudette Gréaux, un paquet de cartes Pokémon Ténèbres Embrasées en main.

Playmobil,
la valeur sûre ultime

Les toupies Beyblade gardent la cote, ainsi que les pistolets et fusils Nerf. Un rayon est composé uniquement de la valeur sûre ultime : les Playmobil. « Avec les Lego, ça fonctionne toujours très bien.» Une petite difficulté cette année, avec les confinements et autres mesures de restrictions liées au Covid un peu partout dans le monde, l’acheminement des marchandises est un peu plus compliqué qu’en temps normal. «J’ai des fournisseurs en métropole mais aussi aux Etats-Unis, en Allemagne, en Belgique… On n’a pas toutes les nouveautés car certaines usines sont fermées avec le confinement. » Pour autant, le petit magasin déborde de jeux en tous genres. Dans une vitrine, les jouets des grands sont déclinés en version enfants par la marque Vtech : appareils photos, caméras, téléphones… « Et cette année, tout ce qui est scientifique marche fort : microscope, télescopes, etc.»  

L’étagère où trônent les poupées Corolle est restée vide quelques jours, jusqu’à réception de la nouvelle collection. Aujourd’hui elles sont de retour, et tournent le dos aux Barbie, toujours adorées bien que deux fois plus chères que les autres poupées de ce genre. Elles ont bien évolué par rapport à celles d’il y a vingt ans : on trouve une Barbie noire doté d’une prothèse de jambe, une Barbie infirmière, et même une Barbie enceinte, avec le ventre qui s’ouvre pour sortir le bébé et le coucher dans le landau assorti !

Journal de Saint-Barth N°1399 du 25/11/2020

Pas d'effet Covid sur Thanksgiving
Noël approche
Accident mortel