©CC Marco Verch

Vers une centaine de cas confirmés de Covid, selon l’ARS

Lorsque l’Agence régionale de santé (ARS) a annoncé une nette hausse des cas de Covid-19 en début de semaine en avançant 12 nouveaux diagnostics positifs, quelques railleries n’ont pas manqué de fuser. En effet, 12 cas, même s’il n’y en avait que 3 à 5 en moyenne depuis deux mois, cela ne représente pas une flambée inquiétante. Sauf qu’il ne s’agissait que du pointage du lundi soir. Mardi, 44 cas étaient enregistrés. Et depuis, le bilan se fait de plus en plus préoccupant. En effet, le directeur territorial de l’ARS, Paul Guibert, estime que Saint-Barth devrait compter, dès ce dimanche 25 juillet, « plus de cent cas positifs ».


Une « accélération forte » qui, selon l’ARS, concerne principalement un public âgé de vingt à trente ans. « Beaucoup de saisonniers et de jeunes qui sont rentrés sur le territoire pour les vacances », constate le directeur de l’ARS, qui précise : « Pour le moment, cette flambée n’a pas d’impact sur le centre hospitalier puisque le public touché n’est pas le plus fragile. En revanche nous appelons à la vigilance afin que la population la plus sensible ne soit pas atteinte. »

Par ailleurs, le directeur précise que "les personnes touchées qui se sont présentées à l'hôpital n'étaient pas vaccinées". Néanmoins, il rappelle : "Après une dose, on n'est pas pleinement vacciné donc il est possible de tomber malade. Quelques jours après l'injection de la deuxième dose, on est protégé à 95%." Ce qui signifie qu'il est encore possible d'être atteint pas le virus mais que, par définition, les chances sont nettement plus minces.


Trois potentiels foyers de contamination (« clusters ») sont actuellement à l’étude.