Le Centre de vaccination de Saint-Jean a fermé ses portes vendredi 7 mai après avoir accueilli 3417 personnes désireuses de se faire vacciner contre le Covid-19.

Une « immunité collective renforcée » selon l’ARS

La première phase de la campagne de vaccination contre le Covid-19 à Saint-Barth s’est achevée vendredi dernier avec la fermeture du Centre du stade de Saint-Jean. Avec 53% de la population vaccinée, l’Agence régionale de Santé estime que l’île a fait un grand pas vers une immunité collective.

 

Un « excellent bilan ». Quelques jours après la fermeture du Centre de vaccination du stade de Saint-Jean, l’Agence régionale de Santé se félicite des résultats obtenus lors de la « campagne massive » lancée le 20 avril à Saint-Barthélemy. Vendredi dernier, lorsque les bénévoles de la Croix Rouge ont fermé les grilles du stade, 3417 personnes avaient effectué la démarche de venir s’y faire inoculer une première dose du vaccin Pfizer BioNTech. Parallèlement, 254 rappels ont pu y être assurés.
En comptabilisant un total de 5.345 personnes vaccinées sur l’île, soit 53% de la population selon les chiffres officiels, l’ARS estime que « l’immunité collective est fortement renforcée » à Saint-Barthélemy. Un constat qui tranche avec celui, plus alarmant, effectué par la préfecture et l’Agence à Saint-Martin (lire ci-contre). Pour les personnels engagés sur le dispositif de Saint-Jean, un tel résultat est une satisfaction.
« Tout s’est très bien passé, affirme Christine, membre de la Croix Rouge présente pendant toute la durée de l’opération. Les équipes ressentent de la fatigue. Ça nous a pris beaucoup d’énergie. Même si les objectifs fixés par l’ARS et la préfecture ne sont pas atteints, nous avons été là jusqu’au bout pour accueillir les gens et les accompagner. C’était un dispositif hors norme et nous avons beaucoup appris. Les échanges ont été très riches avec l’ensemble des participants, personnels soignants et autres. »

Deuxième phase du 25 mai au 4 juin
Infirmière, Justine s’est portée volontaire afin d’intégrer les équipes de la Croix Rouge. « J’avais envie d’avoir cette expérience, confie-t-elle. J’ai trouvé l’organisation top. Tout était très bien cadré, avec des gens vraiment agréables. Je m’attendais à voir plus de monde, mais dans l’ensemble c’était une bonne expérience. » L’opération « vaccinodrome » a été portée par la Collectivité, la préfecture, l’ARS, l’hôpital, les professionnels de santé locaux et, bien entendu, la Croix Rouge. C’est l’association qui a pris en charge la coordination de tout le dispositif pendant trois semaines. Avec l’aide de sapeurs-pompiers et de quelques membres du Rotary Club.
L’Agence régionale de Santé se tourne désormais vers la deuxième phase de la vaccination. Celle-ci est programmée entre le 25 mai et le 4 juin. Elle aura pour objectif d’assurer les rappels pour les personnes ayant reçu une première injection de vaccin. Toutefois, « au regard de l’intérêt de la population pour la vaccination », souligne l’ARS, les indécis ou « retardataires » auront la possibilité de recevoir une première injection lors de la réouverture du Centre de Saint-Jean.

Inquiétudes à Saint-Martin
En une semaine, soixante-quatre nouveaux cas confirmés de Covid-19 ont été diagnostiqués à Saint-Martin.
Depuis plusieurs semaines, l’île observait une certaine stabilité avec une vingtaine de cas en moyenne. Cette reprise soudaine de « l’épidémie » a immédiatement fait régir la préfecture et l’ARS.
« Le signal est orange mais s’il devait devenir rouge d’ici à la fin de cette semaine, je serais obligé de prendre des mesures fortes », a ainsi déclaré à notre consœur du Soualiga Post le préfet Serge Gouteyron, qui regrette un relâchement au sein de la population : « Nous avons observé une certaine insouciance depuis une dizaine de jours. La pandémie est toujours en cours et le virus continue de circuler sur l’île. »

Journal de Saint-Barth N°1423 du 12/05/2021

Enfin le départ de la Transat
Protestation contre l'Etoile
Le théâtre "A l'envers"