©Flickr/Prachatai

Une délocalisation de la plateforme Riposte pour plus de réactivité

La préfecture, la Collectivité et l’ARS se sont mises d’accord pour créer une sorte d’annexe de la cellule Riposte à Saint-Barthélemy, afin d’être le plus réactif possible lors de la détection de cas de Covid-19.

 

Actuellement, voici le parcours : vous vous faites dépister au laboratoire Bio Pôle. Si vous êtes positif, le laboratoire alerte le dispositif SiDep (Système d’information de dépistage) en Guadeloupe. La cellule Riposte s’active. Un médecin de l’ARS Guadeloupe vous contacte pour vous informer que vous êtes positif, vous inviter à vous isoler, et pour un examen par téléphone. Datation des symptômes, questionnaire médical, consignes à respecter, soins… Et immédiatement la cellule Riposte (qui implique aussi l’Assurance maladie et la CGSS Guadeloupe), cherche aussi à retracer votre parcours pour identifier les cas contacts. Lieu de travail, famille… Les personnes les plus proches seront contactées pour, à leur tour, aller se faire dépister. Et recommencer le même circuit.
Exemple avec le ressortissant portugais dépisté positif au Covid, porteur de symptômes. En colocation avec six autres personnes, il a fallu illico l’isoler au centre d’hébergement de Saint-Jean, intimer aux colocataires de respecter les gestes barrière, et les envoyer se faire tester. Le lendemain un seul était positif, il a été lui aussi isolé au centre d’hébergement. Le temps d’isolement est de sept jours à compter des premiers symptômes. Ainsi, au bout d’une semaine au cours de laquelle leur employeur coopératif s’est chargé de les approvisionner, ils ont pu ressortir. Même s’ils peuvent être toujours positifs, statistiquement, la période de contagion est passée : c’est cet argument qu’a développé Olivier Véran, ministre de la Santé, lorsqu’il a décidé d’abaisser la durée du confinement de quatorze à sept jours.

Trois médecins référents
Le processus se fait normalement depuis la Guadeloupe, avec l’appui des autorités locales. Pour accélérer les démarches, l’ARS et la préfecture des Îles du Nord se sont mises d’accord pour créer une sorte d’antenne de la cellule Riposte, à Saint-Barthélemy. Trois médecins généralistes de l’île sont nommés référents. Ils se chargeront de tout le volet médical en cas de dépistage positif. Et pour l’identification, la relation et la gestion des cas contacts, une cellule composée de Nicole Gréaux, 1re vice-présidente en charge des affaires sanitaires, Olivier Basset, représentant de la préfète, et Thierry Aron, directeur de cabinet du Président, viendra en appui de l’ARS. Pour décharger les directeurs d’établissements scolaires, ce même trio s’occupera, en cas de Covid-19 dans une école ou au collège, d’appliquer le protocole, contacter les familles, isoler les éventuels cas contacts, etc.
Ce dispositif s’est naturellement mis en place au fil des jours à Saint-Barthélemy. D’autant plus que les équipes de l’ARS, en Guadeloupe, sont déjà surmenées avec l’archipel. L’idée de la préfecture est de formaliser cette procédure avant le début de la saison touristique, afin d’être parfaitement rodé si de nouveaux clusters apparaissent, et de circonscrire tout de suite la propagation du virus.

Journal de Saint-Barth N°1391 du 30/09/2020

Micheline Jacques sénatrice
Désir d'autonomie en outre-mer
Don du sang