Seize morts en sept jours en Guadeloupe : l’épidémie s’aggrave

Entre le 14 et le 20 septembre, 1.059 cas positifs ont été détectés, et seize personnes ont perdu la vie dans l’archipel guadeloupéen en raison du Covid.

L’ARS a tiré la sonnette d’alarme mardi 22 septembre avec un bulletin sanitaire révélant une sérieuse aggravation de l’épidémie de Covid-19 sur l’archipel : plus de 1.000 cas positifs dépistés en une semaine (sur 4.850 tests), et seize décès enregistrés, dont huit au sein du service réanimation du CHU de Pointe-à-Pitre.
Quatre des personnes défuntes étaient âgées de moins de 65 ans, et toutes présentaient une autre pathologie que le Covid : obésité, hypertension et/ou diabète. La plus jeune avait 46 ans, la plus âgée 84 ans. Cela porte le nombre total de décès imputés au coronavirus à 42 dans l’archipel guadeloupéen depuis le début de la crise.
Une centaine de personnes sont hospitalisées en Guadeloupe et à Saint-Martin, dont vingt-quatre en réanimation.  
Actuellement près de 2.300 personnes sont « potentiellement contaminantes » en Guadeloupe, indique l’ARS, qui précise que huit clusters sont en cours d’investigation. C’est à dire que les résultats des cas contacts sont en attente.
Le taux de positivité est de 22,57%, en augmentation. Par comparaison, il est de 5,7% au niveau national.

De nouvelles mesures devraient être annoncées ce jeudi par le préfet Alexandre Rochatte. Elles sont déjà très restrictives en Guadeloupe : port du masque partout, fermeture des bars à 22 heures en semaine et minuit le week-end, fermeture de certains lieux publics...
Le 17 septembre Olivier Véran, ministre de la Santé, avait indiqué que si la situation ne s’améliorait pas en Guadeloupe, il faudrait envisager de fermer les bars et restaurants et d’interdire les rassemblements publics. C’est sans doute ce qui sera décidé vu les derniers chiffres de l’épidémie.

 

1390