Saint-Barth vers un déconfinement anticipé

Le Président de la Collectivité plaide pour un déconfinement total dès le 11 mai, sur lîle. Retour de tous les enfants à lécole, réouverture des commerces, incluant lhôtellerie restauration. La vie pourrait reprendre plus rapidement à Saint-Barthélemy que dans le reste de la France : lEtat est favorable à des adaptations locales du plan national, particulièrement dans des territoires insulaires comme le nôtre.

 

 

Notre île devrait, à linstar dautres territoires ultramarins, bénéficier dun déconfinement anticipé par rapport aux consignes nationales. Bruno Magras plaide activement pour une reprise au plus tôt de lactivité sur lîle, arguant la non-circulation du virus et la mise en place imminente dune campagne de dépistage généralisé.

 

Il a exposé ses arguments à Annick Girardin, ministre des Outre-Mer, vendredi dernier ; elle sest dite favorable à une adaptation du déconfinement selon les particularités locales. La préfète de Saint-Martin et Saint-Barthélemy Sylvie Feucher est aussi de cet avis. Dans son discours à lAssemblée nationale, hier, le Premier ministre Edouard Philippe a également défendu des ajustements territoriaux : « Cette circulation hétérogène du virus crée, de fait, des différences entre les territoires. Pour tous ceux qui, comme moi, croient au bon sens, il nest pas inutile, et même très nécessaire, de prendre en compte ces différences dans la façon dont le déconfinement doit être organisé. A la fois pour ne pas appliquer le même schéma dans des endroits où la situation nest objectivement pas la même, mais aussi pour laisser aux autorités locales, notamment aux maires et aux préfets, la possibilité dadapter la stratégie nationale en fonction des circonstances.  »

 

« Voilà pratiquement un mois que nous navons plus de cas Covid-19 sur le territoire  », rappelle Bruno Magras. « Or toutes les sommités de la médecine française nous ont expliqué que la durée de vie du virus est limitée dans le temps, au point que la période de confinement lors d'une arrivée de l'extérieur est limitée à 14 jours. Par conséquent jen déduis quaprès un mois, le virus nexiste plus sur notre territoire. Certes, il peut être réimporté, mais on ne m'a pas encore communiqué la date de son retour... » La voilà, la clé de voûte du déconfinement : la réouverture des frontières. Le processus nest pas encore à lordre du jour, bien que tout le monde y pense, Bruno Magras le premier : « Je souhaite dores et déjà une levée totale, à l'exception de louverture des frontières, qui doit être organisée avec la mise en place d'un système de tests température et PCR pour les gens arrivant de l'extérieur, pourquoi pas ? »

Avant cela, le Président de la Collectivité souhaite que, au plus tard le 11 mai, lensemble des commerces puissent reprendre leur activité, et les 1.258 élèves de lîle retourner à lécole (lire par ailleurs). Une réouverture qui inclurait les bars et restaurants, malgré leur maintien en confinement, au niveau national, au-delà du 11 mai. Lautre grande question est celle des mesures sanitaires. Coiffure, esthétique, commerces, restaurants... Chaque profession travaille au niveau national à létablissement de règles, en lien avec le gouvernement. 

Pour les restaurants et bars, par exemple, un guide  de  bonnes pratiques sera fourni à chaque établissement, dont la mouture a déjà été réalisée par les professionnels du secteurs : tables espacées dun mètre minimum, réservations limitées à huit personnes, obligation pour le personnel de se laver les mains toutes les trente minutes « Nous allons étudier ce guide avec Muriel Pénicaud (ministre du Travail, ndlr), il faudra ensuite lui donner une forme juridique », a expliqué vendredi matin Bruno Le Maire, ministre de lEconomie.

Certains établissements devraient sen sortir avec ces mesures mais pour dautres, ce sera plus compliqué : comment espacer les tables dun mètre dans des établissements comme La Cantina, à Gustavia ? Comment imaginer une soirée festive au Sélect sans contacts rapprochés ? Plus largement, comment respecter la distanciation sociale dans une discothèque, ou au théâtre, par exemple ? En outre, ces mesures impliquent des investissements et/ou une activité ralentie. Une nouvelle charge pour des entreprises dont nombreuses sont laissées exsangues par la crise sanitaire. Saint-Barth devrait retrouver une vie plus normale dès le 11 mai. Mais elle ne sera pas pour autant la même quavant le Covid-19. 

 

 

Journal de Saint-Barth N°1373 du 29/04/2020

Vers un déconfinement anticipé
Faire venir des employés de l'extérieur
L'après 11 mai