Les résidents rentrent au compte-goutte, des saisonniers et touristes encore là

Les voyages depuis et vers notre île sont ultra-restreints, ainsi que ceux entre la métropole et l’outre-mer. La Croix-Rouge accueille les quelques arrivants à l’aéroport et leur indique les consignes à suivre. Des saisonniers essaient toujours de quitter l’île.

 

Masqués et gantés, deux bénévoles de la Croix-Rouge sont chargés d’accueillir les quelques arrivants à leur atterrissage à l’aéroport de Saint-Barthélemy, en les soumettant à un questionnaire et à des consignes strictes.

Il ne reste plus que les vols Air Antilles pour les passagers, réduits à trois par semaine. Vendredi, la Croix-Rouge a rencontré six personnes, et lundi sept autres : certains qui reviennent de Guadeloupe pour des soins médicaux, d’autres qui habitent l’île et n’ont pu rentrer chez eux que maintenant. « Si ils reviennent de l’étranger ou de métropole, on leur explique qu’ils doivent respecter un confinement ferme», explique le président de la Croix Rouge Saint-Barthélemy, Jean-Noël Machon. « La quatorzaine pour toute personne revenant à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy doit être absolument respectée», répète régulièrement la préfecture des Îles du Nord. «Ce n’est que comme cela que nous lutterons contre cette épidémie et préserverons nos professionnels de santé et l’énergie qu’ils déploient sans compter. »

 

Pour rappel, les seuls motifs acceptés pour voyager sont l’urgence médicale (chimiothérapie, dialyse, etc), la crise sanitaire (déplacement de professionnels indispensables, ne pouvant être reporté), et l’accompagnement d’une personne malade. A Saint-Barthélemy, seule Air Antilles assure encore le transport de passagers vers les autres îles, selon un programme de vol très réduit. Le transport de marchandise en revanche fonctionne normalement.  

 

Au port, impossible de surveiller et contrôler les personnes qui pourraient venir s’ancrer à Saint-Barthélemy. Mais sur les bateaux, les règles du confinement sont les mêmes qu’à terre, bien que les résidents flottants sont amenés à bouger jusqu’à la ville pour déposer les ordures, accéder aux sanitaires, etc.

 

Touristes volontaires et saisonniers coincés

Sur l’île, il resterait une quinzaine de touristes (dont certains ont préféré rester confinés à Saint-Barthélemy plutôt que dans leur lieu de résidence) et environ 80 saisonniers dont les vols ont été annulés. L’un d’eux témoigne auprès de 20 Minutes : « Je suis bloqué à Saint-Barth. Mon vol était prévu le 14 avril, mais le ministre de la santé a pris un décret qui interdit tous les vols entre la métropole et les territoires outre-mer jusqu’au 15 avril. Depuis le début de la semaine, j’essaie en vain d’obtenir de la compagnie Air Caraïbes une réservation sur un vol entre le 15 avril et le 30 avril. Et on me dit que ce n’est pas possible. J’ai contacté les services de la préfecture à Saint-Martin qui, bien qu’elle dise organiser un recensement des cas comme le mien, n’a à cette date pas trouvé de solution. »


JSB 1369

Journal de Saint-Barth N°1369 du 01/04/2020

Des tests pour tous ?
Contamination locale au Covid-19
Hydroxychloroquine, espoir et polémiques