Les médecins étrangers pourront exercer en outre-mer

Le gouvernement a confirmé vendredi par la voix d’Edouard Philippe la prolongation du confinement au moins jusqu’au 15 avril. Le Premier ministre a consacré un chapitre aux outre-mer.

 

Les Français encore confinés a minima jusqu’au 15 avril. L’annonce que tout le monde attendait a été faite par le Premier ministre vendredi, qui s’est félicité que les outre-mer vivent un « confinement anticipé », puisque l’épidémie y a débuté plus tard qu’en métropole. Dans les territoires ultramarins, « nous avons un besoin encore plus fort de freiner la propagation du virus », a expliqué Edouard Philippe, rappelant que « les capacités sanitaires» de ces territoires «reposent sur l'idée que l'on peut évacuer sanitairement vers la métropole de façon à traiter les cas les plus graves.» Le chef du gouvernement a développé sur « la stratégie outre-mer » de l’Etat, rappelant le déploiement de porte-hélicoptères dans certaines régions, dont les Antilles ; et indiquant que des masques, des machines de dépistage et du matériel sanitaire seront acheminés vers les outre-mer. « Les Antilles vont passer de 81 lits en temps normal à 169 lits », avec « l’apport la semaine prochaine de 32 respirateurs».

 

Oui aux médecins étrangers

En dehors de ce soutien matériel aux équipes de santé, Edouard Philippe a annoncé la publication d’un décret autorisant les médecins diplômés à l’étranger à exercer en France. Cette autorisation s’appliquera notamment aux médecins cubains, réclamés par des élus ultramarins. Cuba est réputée pour ses médecins nombreux et qualifiés. Elle en a même fait une locomotive économique et stratégique.

JSB 1369


Journal de Saint-Barth N°1369 du 01/04/2020

Des tests pour tous ?
Contamination locale au Covid-19
Hydroxychloroquine, espoir et polémiques