La circulation du virus progresse sur notre île

Une grosse vingtaine de cas actifs, ce n’est pas énorme en soi, mais c’est bien supérieur à ce que Saint-Barth a connu jusqu’ici. Les indicateurs de circulation du virus, qui déterminent les restrictions décidées par les autorités, sont scrutés de près.

 

Saint-Barthélemy recense désormais 48 cas cumulés de Covid-19 (à la date du 23 septembre), et constate une récente progression de la circulation du virus avec seize cas enregistrés en deux semaines. Ces chiffres sont issus du dernier bulletin épidémiologique de Santé Publique France.

Un nouveau cas positif dépisté lundi
Selon nos informations, actuellement, l’île compte 26 cas actifs : on était à 25 jeudi dernier, et un nouveau cas a été détecté lundi 28 septembre. A noter, entre-temps, certains ont pu être déclarés guéris. Mais cela augmente un peu le chiffre de Santé Publique France. Avec cinq nouveaux cas depuis le 23 septembre notre territoire passe à 53 cas cumulés de Covid-19, l’immense majorité ayant été détectée en septembre. Ces derniers jours deux patients fragiles ont été évacués vers Saint-Martin pour être placés sous surveillance. Le principal foyer de contamination était celui de la cantine, mais la contamination au sein de différentes familles sur l’île atteste de la circulation du Covid-19 à Saint-Barth. Ils font grimper le taux d’incidence sur notre île au dessus du seuil de vigilance, avec 82 cas pour 100.000 habitants la semaine dernière. Le taux de positivité augmente aussi, mais reste inférieur au seuil de vigilance, à 4,4%.

Saint-Barth séparée
de la Guadeloupe

Ces chiffres statistiques sont fondamentaux car c’est eux qui déterminent la politique de lutte contre le virus sur notre territoire. Première chose, il est acté entre préfecture de Guadeloupe et préfecture des Îles du Nord que chacun des territoires est différencié. Ainsi, si le gouvernement a passé l’île papillon en zone d’alerte maximale, nous restons au premier stade de la zone rouge, qui implique seulement la limitation à une jauge de 30 personnes pour les événements publics et privés (fêtes associatives, mariages, anniversaires, etc.) Cependant l’arrêté en ce sens n’a pas été signé par la préfète Sylvie Feucher à l’heure qu’il est.

Pas de nouvelle mesure pour l’instant
Pour l’instant les contraintes restent les mêmes. Elles évolueront si notre taux d’incidence dépasse 150/100.000 habitants, et si les personnes âgées sont très touchées. Les territoires qui franchissent ce seuil sont classés en « zone d’alerte renforcée », ce qui implique de nouvelles restrictions : fermeture des bars à 22 heures, fermeture des salles de sport, interdiction des rassemblements de plus de dix personnes…
Enfin, au dessus de 250/100.000 habitants, comme c’est le cas en Guadeloupe ces dernières semaines, les bars et restaurants sont fermés tout simplement, ainsi que la plupart des lieux recevant du public, et les préfets peuvent ajouter d’autres mesures, comme l’a fait Alexandre Rochatte, préfet de région, pour l’archipel.  

L’arrivée délicate
des saisonniers

Pour notre île, si la situation reste maîtrisée aujourd’hui, les yeux se tournent vers l’arrivée des centaines de saisonniers indispensables au fonctionnement de l’industrie touristique. En effet, les premières réouvertures approchent (Carl Gustaf le 15 octobre, Bagatelle le 22 octobre, Eden Rock le 22 octobre…). Comme tous les entrants en outre-mer, les saisonniers devront présenter un test PCR négatif réalisé à J-3 ; mais on a pu constater que ce n’était pas une garantie de non-importation du virus. Le préfet Rochatte en a lui-même fait l’expérience, et certains membres de la communauté portugaise, rentrés de vacances avec un test en bonne et due forme, ont quand même importé le virus, alors qu’il circule très peu dans ce pays. Par ailleurs, le délai du prélèvement et résultats dans les trois jours est difficile à tenir dans les laboratoires de métropole, selon les régions ou l’on se trouve. Ce qui pourrait favoriser la fraude : il est très facile de confectionner un faux test Covid positif, voire de l’acheter à de petits malins qui en font commerce...

Journal de Saint-Barth N°1391 du 30/09/2020

Micheline Jacques sénatrice
Désir d'autonomie en outre-mer
Don du sang