En Guadeloupe, les mesures prolongées, Chanté Nwel et Carnaval menacés

Les restrictions mises en place par le préfet de Guadeloupe Alexandre Rochatte ont fonctionné. L’archipel a vu le nombre de nouveaux cas descendre durant plus d’un mois, et depuis trois semaines il stagne. Si le confinement n’a pas été appliqué en Guadeloupe, le représentant de l’Etat a décidé de prolonger les mesures : bars fermés, restaurants fermés à minuit, consommation d’alcool interdite sur la voie publique, accès aux plages et bords de rivières interdit la nuit, pique-nique et fêtes privées au bord de l’eau impossibles, interdiction de se rassembler à plus de six personnes sur la voie publique, etc. « Il ne faudrait pas que dans les deux semaines qui viennent on perde le bénéfice des efforts qui ont été consentis ; regardez ce qu’il se passe en métropole et en Europe », a indiqué le préfet jeudi dernier, appelant à maintenir la vigilance pour réussir la sortie de crise sanitaire.  Enfin, « je préfère dès à présent dire que de ma fenêtre, les festivités de Chanté Nwel ne sont pas pertinentes. De la même manière il ne me semble pas pertinent de commencer à organiser le Carnaval. Je ne peux pas l’interdire, mais si je devais me prononcer aujourd’hui, je dirais que Carnaval ne pourra pas se tenir. D’ailleurs de nombreux pays de la Caraïbe ont déjà annulé l’événement. » Hier la directrice générale de l’ARS Valérie Denux s’inquiétait des effets des festivités de la Toussaint, qui s’ils existent se verront dans la semaine.