Les bénévoles de la Croix Rouge sont présents de 8h30 à 16h30 pour accueillir et orienter le public.

La campagne de vaccination s'arrête aujourd'hui (vendredi) à 16h30

Ce vendredi 7 mai à 16h30, le centre de vaccination de Saint-Jean fermera ses portes après trois semaines d’activité. Mercredi soir, plus de 3300 personnes avaient profité de ce dispositif pour recevoir une première ou une deuxième injection de Pfizer BioNTech.

L’objectif affiché de l’Agence régionale de santé et de la préfecture était d’atteindre un taux de 80% de vaccination de la population de Saint-Barth. Il était sans doute un peu élevé. De fait, il avait été revu à la baisse et c’est un honnête « 70% » qui était visé. Là encore, il n’est pas atteint. Selon la directrice de l’ARS, Valérie Denux, le taux de couverture vaccinale est de 47,25% sur l’île. Loin de l’objectif initial, mais nettement plus élevé que le taux de Saint-Martin (13,62%) ou de la Guadeloupe (12,34%).

Une base de calcul variable
Néanmoins, plusieurs données sont à prendre en compte pour arriver à un chiffre équitable. En effet, l’annonce du taux de vaccination de 47,25% se base sur une population globale de l’île supérieure à 10.000 habitants. En intégrant le chiffre total de la vaccination qui est d’environ 4.800 personnes (3.300 au Centre de Saint-Jean auxquelles s’ajoutent environ 1.500 vaccinés au dispensaire et à l’hôpital).
Si la population âgée de moins de 18 ans, non accessible à la vaccination, n’est pas intégrée aux comptes, le résultat de la campagne prend une tout autre signification. Car, dès lors, le taux de couverture vaccinale dépasserait les 60%.

Succès pour la Croix Rouge
Quoi qu’il en soit, mercredi soir, plus de 3.300 personnes avaient franchi les portes du Centre de vaccination de Saint-Jean depuis son ouverture le 20 avril. Si elle ne sera sans doute pas qualifiée de réussite par l’ARS et la préfecture, cette campagne de vaccination peut d’ores et déjà être considérée comme un succès pour les personnels engagés sur le «vaccinodrome ».
En effet, pendant trois semaines, une soixantaine de personnes ont assuré le fonctionnement du Centre, de 8h30 à 16h30, parfois jusqu’à 19 heures. En première ligne, les bénévoles et les salariés de la Croix Rouge.
Pour mémoire, ce sont également eux qui sont en charge du Centre de dépistage du Covid-19 basé à Saint-Jean. Autant dire que sans l’association, l’île aurait éprouvé bien des difficulté à soutenir le rythme des tests quotidiens puis de la campagne de vaccinations.
Avec la Croix Rouge, des bénévoles du Rotary club, des sapeurs-pompiers, des agents de la Collectivité (volontaires et donc redéployés sur le dispositif), des personnels de l’ARS, des pharmaciens, des médecins (parfois à la retraite) ont contribué à la bonne marche du «vaccinodrome».
Vendredi, à 16h30, le Centre du stade de Saint-Jean fermera donc ses portes. Une nouvelle opération doit être organisée dans les semaines à venir afin de permettre aux personnes qui ont reçu une première injection de se voir inoculer la deuxième.

Le Pass sanitaire officialisé
Même après l’annonce du président de la République le 29 avril, les représentants locaux de l’Etat sont restés prudents et ont préféré patienter avant de s’exprimer sur le sujet. Depuis, c’est officiel, un pass sanitaire va être mis en place à partir du 9 juin par la France. Il sera nécessaire pour accéder aux manifestations qui attirent une large audience : les concerts, les festivals, les expositions, etc. En revanche, à la différence d’autres formules de pass déjà instaurées, en Israël ou aux Etats-Unis, il ne sera pas obligatoire pour les lieux de vie et de culture tels que les restaurants, les théâtres ou les cinémas.
Deux supports seront proposés. L’un papier, l’autre numérique. Dans un cas comme dans l’autre, il fera mention de la vaccination et/ou du test réalisés. Un QR Code sera également accessible sur l’application TousAntiCovid.

Restrictions de déplacements inchangées
Pour l’heure, les restrictions sanitaires liées aux déplacements imposées notamment aux territoires d’Outre-mer demeurent inchangées. Les justificatifs de motif impérieux accompagnés d’un test PCR restent en vigueur pour qui veut voyager à destination des  Antilles, de la Réunion ou de Mayotte. Pour ceux qui désirent se rendre en Guyane, un auto-test à l’arrivée ainsi qu’une septaine s’ajoutent aux précédentes mesures. Un isolement qui sera de dix jours en Polynésie.

 

Journal de Saint-Barth N°1422 du 06/05/2021

Festival de théâtre
Effectifs scolaires en baisse
Dossier Transat en Double