Travail des étrangers : 184 dossiers étudiés

Depuis la mise en place des autorisations de travail pour les étrangers par le conseil exécutif, en début d’année 2018, l’an dernier a été la première année pleine d’application. 184 demandes ont été étudiées par les élus, dont 135 ont été accordées, et 49 refusées. A noter que ces chiffres comportent quelques doublons, puisque beaucoup de dossiers d’abord retoqués sont repassés en conseil exécutif après modifications, et ont été acceptés. Le chiffre réaliste du nombre de refus est donc plus bas. Certaines autorisations ont aussi été réattribuées après que le code du travail des étrangers a été modifié : le sésame pour un travailleur en CDI ne peut excéder cinq ans.

A Saint-Barthélemy, si le titre de séjour est toujours délivré par la préfecture, seule la Collectivité peut fournir les autorisations de travail aux étrangers hors Union européenne (même si le titre de séjour comporte la mention contraire). L’autorisation à remplir par l’employeur est demandée pour chaque contrat de travail. La Collectivité et ses services pourra ainsi vérifier que ce type de compétences n’existe pas sur le marché de l’emploi local, et que les conditions de travail et de logement du salarié sont décentes.

 

 ____________________________

Onze baux de location signés

Si l’habitat à loyer modéré n’existe pas à Saint-Barthélemy, la Collectivité est propriétaire de logements qu’elle loue à des personnels indispensables à l’île, en général quand ils n’ont plus d’autre option : enseignants, personnel de santé, agents de la fonction publique territoriale. Ainsi en 2019, le conseil exécutif a autorisé le président à signer onze baux de location, avec des loyers très avantageux comparé aux prix du marché, de 400 euros la chambre en colocation à 1.400 euros le T3 à Gustavia. Par ailleurs, deux conventions ont été signées, avec le collège et avec l’hôpital. La Collectivité leur a confié la gestion directe de certains de ses logements (deux au collège, quatre pour l’hôpital). La question des critères d’attribution a été soulevée lors du dernier conseil territorial par Hélène Bernier, élue Saint-Barth Autrement, pour qui les conditions doivent être détaillées noir sur blanc. Le Président ne s’y est pas opposé et elle travaille sur la question.


Journal de Saint-Barth N°1360 du 30/01/2020

L'année chiffrée des élus
Art Week
Nouveaux avions pour Air Antilles