Tester toute la population « ne se justifie plus »

L’idée de tester la totalité de la population grâce à l’automate GeneXpert est passée au second plan, puisque tous les indicateurs de circulation du virus sont au plus bas, selon le Président de la Collectivité Bruno Magras. La machine doit surtout servir à accompagner la réouverture des frontières. Mais le protocole manque encore de précision, et l’Etat hésite sur la marche à suivre.

 

Va-t-on vraiment tester la totalité de la population, comme cela avait été annoncé, avec le test PCR ? Est-ce que ça vous semble utile aujourd’hui ?
Non. Pour l’instant de mon point de vue, cela ne se justifie plus. Voilà plus de cinquante jours qu’aucun cas de Covid n’a été détecté sur l’île. Ce serait perdre du temps inutilement. Sauf bien entendu, si l’épidémie devait repartir, ce que je ne crois pas.
Ceci étant, celles et ceux qui veulent se faire tester le peuvent à leur frais. Ça leur coûte 88,53 € et pour un non assuré à la Sécurité sociale, 125 €.
Il semblerait qu’un accord serait en cours de discussion entre l’ARS et les médecins de l’aéroport de Pointe-à-Pitre pour que les tests soient remboursés à 100% pour les assurés sociaux. Mais je n’ai pas de certitudes sur ce point.


Qu’en est-il des tests sérologiques, qui eux permettront de connaître qui a eu le virus ou pas ?
Pour l’instant, aucun test sérologique n’a été encore approuvé par le ministère de la Santé. Nous attendons confirmation de l’Institut Pasteur. Les fameux TROD ne seraient pas très fiables. Ceci étant, nous avons confirmé la commande d’un nouvel appareil qui lui, serait d’une grande fiabilité. Dès sa réception le laboratoire en sera équipé et pourra ainsi pratiquer les tests sérologiques.
 
Ces fameux tests seront-ils accessibles un jour sans ordonnance médicale, si le patient paie la facture ?
Oui, ils le sont déjà. Même le test virologique PCR est accessible sans ordonnance à tous ceux qui acceptent d’en payer le prix. Certains tests ont été pratiqués par le laboratoire.
 
Peut-on obliger un touriste français ou étranger à subir un test à l’entrée sur le territoire ?
Non, nous ne pouvons pas imposer aux gens de se faire tester. Nous pouvons le leur recommander. En cas de refus ils sont logiquement astreints à la fameuse quatorzaine.

Que fait-on des arrivants pendant qu’ils attendent les résultats ?
Ils doivent se confiner chez eux en attendant.
C’était pour éviter cette contrainte que lors de la visioconférence, j’avais  proposé au Président de la République l’idée de demander aux visiteurs, un test 48 heures avant l’arrivée et d’en faire un deuxième à l’arrivée. Cela  a été refusé. Nous avons proposé à l’Etat, un nouveau protocole visant à pratiquer un double test à quelques jours d’intervalle. Entre les deux, les arrivants sont bien entendu censés rester confinés pour les quelques jours en attendant le résultat final qui les exonère de la quatorzaine. Pour l’instant nous n’avons pas de retour de l’Etat sur notre proposition.
 
Si un passager d’un avion est dépisté positif à l’arrivée, que fait-on de lui, et que fait-on des personnes qui ont voyagé avec ?
Si un passager est testé positif à l’arrivée, il doit être confiné dans sa villa ou son hôtel ou au centre d’hébergement que nous avons mis dès le départ de l’épidémie à la disposition de l’ARS.
Ceci étant, la Collectivité n’a pas vocation à s’ingérer dans les pratiques médicales. Les tests et la suite à donner relèvent de la responsabilité des professionnels de santé.

Tout cela n’est donc pas encore clairement défini avec l’Etat ; néanmoins le Premier ministre annonce des vacances métropole / outre-mer dès le 1er juillet ; et peut-être Saint-Barth espère-t-elle ouvrir ses frontières avant cette date ?
Je vous le confirme. Tout cela  n’est pas encore clair du côté de l’Etat. Néanmoins je ne pense pas que des Français ou Européens puissent se rendre en Guadeloupe en vacances et ne pourraient pas venir à Saint-Barth. D’ailleurs j’ai cru comprendre que tous les européens de la zone Schengen peuvent d’ores et déjà se rendre en France.

Journal de Saint-Barth N°1376 du 20/05/2020

Ras-le-bol des dépotoirs
Covid, dépistage et quatorzaine
Manifestation à Grand Fond