Le futur de l’Emeraude Plage risque fort de s’inviter à l’ordre du jour du conseil territorial

Si ce n’est pas à l’ordre du jour, le conseil territorial risque d’être animé par des échanges au sujet des permis de construire accordés, notamment pour les gros projets que sont l’Emeraude Plage et Autour du Rocher. Des publications de Maxime Desouches sur les réseaux sociaux ont entraîné une dégringolade de prises de bec entre des élus de différents bords.

 

 

Les permis de construire ont été accordés, les projets sont donc consultables par le public. Mais en publiant sur Facebook les images de synthèse du futur hôtel qui remplacera l’Emeraude Plage, et les plans du complexe de villas prévu à Autour du Rocher, Maxime Desouches ne pouvait ignorer qu’il allait déclencher moult réactions. Dans ses commentaires, l’élu Saint-Barth Autrement épingle particulièrement la tête de liste d’une autre opposition, Xavier Lédée (Unis pour Saint-Barthélemy), qu’il fustige pour avoir voté en faveur de la carte d’urbanisme en 2017, document qui autorise ce type de projets. Un hôtel de 25 clés et cinquante chambres sur la plage de Saint-Jean, avec des bâtiments à étage ; et un complexe de vingt-quatre bâtiments et onze chambres sur la pointe à Lorient. « Je ne blâme pas l’architecte ou le pétitionnaire, mais ceux qui ont permis que ce soit possible : les élus de la majorité et Xavier Lédée », insiste Maxime Desouches.

« Je me sens obligé de réagir devant les sous-entendus qu’il souhaite ainsi véhiculer pour discréditer les autres politiquement à défaut d’être capable de séduire les électeurs par sa propre personnalité et ses idées », attaque Xavier Lédée en retour, toujours sur les réseaux sociaux. Il explique qu’il assume avoir voté la carte d’urbanisme (il était encore, début 2017, colistier de Bruno Magras), qui selon lui « a permis d’améliorer la situation ». Il rappelle que la commission urbanisme, dont il fait partie au même titre que Maxime Desouches, a donné un avis défavorable au projet de l’Emeraude Plage. En effet, c’est le conseil exécutif qui décide et qui a accordé le permis le 19 décembre dernier, avec les abstentions de Nicole Gréaux et Marie-Angèle Aubin. Pour autant, Xavier Lédée « continue de penser que la commission avait raison et qu’il y avait des éléments légaux pour ne pas autoriser cette construction. »

 

D’autres élus s’en mêlent. Patrick Bordjel, colistier de Xavier Lédée, appuie ce dernier et reçoit immédiatement les railleries d’Hélène Bernier (Saint-Barth Autrement) : «Enfin Monsieur Bordjel fait un commentaire sur un sujet politique ! » écrit-elle. Le médecin rétorque, qualifiant ses interventions de « stériles et inutiles ». La conseillère territoriale tend alors la main à Xavier Lédée : « Je comprends de ces échanges avec Maxime que Xavier regrette les positions des pétitionnaires prises en fonction du plan d’urbanisme... peut-être pouvons-nous nous retrouver pour faire modifier ce texte?»

Seule élue de la majorité à prendre part à ces échanges publics, Micheline Jacques défend que la carte d’urbanisme adoptée en 2017 vaut mieux que le règlement national de l’urbanisme. « La carte, aussi imparfaite soit elle, protège 66% de la superficie de l'île avec des zones Nla et Nlb protégées à vie », souligne la vice-présidente.

Pas de quoi éteindre la colère des élus Saint-Barth Autrement ni le dépit des élus Unis pour Saint-Barthélemy. Vendredi, le conseil territorial risque de sortir de l’ordre du jour : Hélène Bernier a adressé au Président de la Collectivité plusieurs questions écrites pour qu’il y réponde devant l’assemblée, concernant la pertinence de construire de nouvelles villas de location, l’avancée du dossier PPRN (Plan de prévention des risques naturels), et bien sûr la carte d’urbanisme et le futur Emeraude Plage.

 

JSB 1361


Journal de Saint-Barth N°1361 du 06/02/2020

Art Week
Débat d'orientations budgétaires
Disparition de France Antilles