Franciane Gréaux-Le Quellec démissionne de son mandat d’élue, Patrick Bordjel la remplace

Franciane Gréaux-Le Quellec (Unis pour Saint-Barthélemy) a démissionné de son mandat de conseillère territoriale. A sa place, c’est le docteur Patrick Bordjel qui siègera au côté de Xavier Lédée.

Changement au conseil territorial, sur la liste d’opposition Unis pour Saint-Barthélemy conduite par Xavier Lédée. Sa « numéro 2 » Franciane Gréaux-Le Quellec démissionne.

Ce choix est une conséquence du cyclone Irma. L’ancienne présidente de l’Agence territoriale de l’environnement vivait avec sa famille sur un bateau. Depuis septembre, à la suite de l'ouragan, son enfant a été scolarisé en métropole, dans l’attente de la réparation du navire. Or, il s’avère que les dégâts sont trop importants. Faute de logement sur l’île, elle effectuera donc des aller-retour entre l’Hexagone et Saint-Barthélemy, incompatibles avec la gestion de ses dossiers d’élue.

Logiquement, c’est le numéro 3 de la liste de Xavier Lédée qui intègre donc le conseil territorial. Il s’agit de Patrick Bordjel, 67 ans, gynécologue-obstétricien. « Ça ne change rien pour notre liste », indique Xavier Lédée, qui avait réuni 20,56% des voix lors des élections territoriales de 2017, se classant en deuxième position derrière Bruno Magras (53,66%). « Patrick apportera son expertise dans le domaine médical, alors que Franciane était plutôt tournée vers l’environnement. »

En remplaçant Franciane Gréaux-Le Quellec au conseil, Patrick Bordjel reprend aussi sa place dans différentes commissions.

Ainsi, il s’occupera des affaires scolaires, rejoindra la commission culture, fêtes et cérémonies, et celle, plus technique, qui concerne entre autres les appels d’offre.

« J’aimerais apporter ma pierre au niveau de la santé, c’est mon domaine. Je suis ici depuis 1994, et auparavant j’ai travaillé pendant cinq ans au CHU de Martinique. Je connais la plupart des professionnels de santé des Antilles », explique le nouveau conseiller territorial, qui s’apprête à vivre sa toute première expérience d’élu.

 «A ce qu’il paraît, j’ai une voix qui porte...»

« J’ai déjà émis le souhait de changer de commission, et d’intégrer celle qui s’occupe de la santé. Il n’y a pas que l’urbanisme qui est important », poursuit le docteur. « C’est arrivé aux oreilles de Bruno Magras, qui n’est pas contre. Mais dans un premier temps, je vais continuer le travail de Franciane. Je n’ai pas la prétention de tout changer. »

Dans l’opposition au conseil territorial, Patrick Bordjel fera-t-il partie des plus discrets ou, au contraire, des contradicteurs ? « J’ai mon caractère, et à ce qu’il paraît, j’ai une voix qui porte… Je donnerai mon avis. »

JSB 1261