[Européennes ] Alfred Brin : «L’urgence est de sortir d’une forme d’angélisme»

Membre du conseil exécutif, Alfred Brin est le président de la fédération locale du parti Les Républicains. Il se garde bien de prédire le score de la liste conduite par François-Xavier Bellamy, qui malgré une campagne réussie reste loin derrière LREM et le RN dans les intentions de vote.

 

Pourquoi vote-t-on alors que Saint-Barth est sortie de l’espace commun européen ?

Saint-Barthélemy jouit depuis 2012 d’un statut qui lui permet de ne pas être soumise à l’application des textes européens. Toutefois, dans les domaines de compétence de l’Etat, les textes européens transposés en droit français s’appliquent à Saint-Barthélemy, sauf mention contraire. De même, les textes concernant le droit bancaire et financier, l’euro ou encore ceux liés à la lutte contre la fraude fiscale sont appliqués sur l’île.

 

Quel est l’enjeu selon vous de ces élections européennes ?

L’Union européenne est depuis la Seconde Guerre mondiale garante de la paix et de la protection des peuples européens. Les défis pour l’avenir sont nombreux. La France comme chaque pays européen ne peut faire face individuellement à des puissances comme la Chine ou encore les Etats-Unis. La France a besoin de l’Europe pour y répondre, et l’Europe a besoin d’être unie pour y faire face. Néanmoins je pense que l’un des premiers défis sera de redonner confiance en cette Europe plus souvent décrite pour ses inconvénients que pour ses avantages, et qui suscite de moins en moins d’intérêt dans les urnes.

 

Votre parti Les Républicains a désigné un inconnu, le philosophe François-Xavier Bellamy, comme tête de liste. Qu’avez vous pensé de ce choix ?

La commission d’investiture de notre parti a entériné le choix du trio de tête, François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean pour porter la liste des Républicains aux élections européennes. Je pense que ce trio est représentatif des différents courants de la droite, il permet de mettre en avant les idées que nous pouvons avoir au sein de notre parti et en parallèle de faire émerger de nouvelles figures de notre mouvement.

 

Les opinions souvent conservatrices de François-Xavier Bellamy, et notamment un discours anti-avortement, lui ont valu des critiques. Partagez-vous ses positions ?

François-Xavier Bellamy, souvent décrit comme fervent catholique et qui ne cache pas sa foi, a une opinion personnelle conservatrice sur l’avortement, mais ne souhaite aucunement revenir sur la loi Veil, qui pour ma part est un acquis pour le droit des femmes.

 

Quelle est la vision du parti Les Républicains pour l’Europe ? Sur l’écologie, la crise migratoire ? Quelle est l’urgence européenne selon vous ?

Le projet des Républicains est basé sur cinq axes. Une Europe puissante afin de défendre les intérêts, les emplois, les entreprises européennes face aux géants de la mondialisation. Une Europe de la civilisation qui assume et défend son histoire, son identité et ses valeurs. Une Europe des frontières, pour protéger son territoire. Le développement de grands projets stratégiques dans le domaine médical, de l’intelligence artificielle et du big data. Enfin, une action plus rapide, plus démocratique, respectueuse des citoyens ainsi que des nations. L’urgence européenne est de sortir d’une forme d’angélisme sur tous ces sujets. Le monde se transforme très vite et nous regardons passer les trains.

 

Saint-Barthélemy est une terre de droite s’il en est. Quel score attendez-vous pour la liste Les Républicains ? Quelle participation ?

L’ élection européenne n’attire pas les foules à Saint-Barth, et je ne peux que souhaiter une augmentation de la participation par rapport à 2014. Il serait prétentieux pour ma part d’anticiper un score, même si je pense que les événements de violence intervenus en métropole ces derniers mois peuvent influencer le résultat.



JSB 1328

Journal de Saint-Barth N°1328 du 16/05/2019

Gay friendly
Sous-location
Elections Européennes